Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
51 jours
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
58 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
72 jours
C
Grand Prix de Chine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
86 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
100 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
135 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
142 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
156 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
163 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
177 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
191 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
219 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
226 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
240 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
247 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
261 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
275 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
282 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
296 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
310 jours

Vettel : Ferrari ne voulait pas voir la vérité en face

partages
commentaires
Vettel : Ferrari ne voulait pas voir la vérité en face
Par :
Co-auteur: Scott Mitchell
13 nov. 2019 à 12:30

Pour Ferrari, la saison 2019 fut abordée avec de grandes ambitions qui n'ont finalement pas été satisfaites. Sebastian Vettel évoque l'état d'esprit qui a régné au sein de l'équipe tout au long de cette campagne.

Encore une fois, la Scuderia a été la principale rivale de Mercedes, mais à nouveau, ce sont les Flèches d'Argent qui ont triomphé, remportant les deux titres 2019 à plusieurs Grands Prix du terme de la saison. Les essais de pré-saison avaient pourtant été prometteurs, la SF90 semblant se dévoiler comme la monoplace la plus compétitive du plateau. Malgré neuf pole positions (dont six après la trêve estivale !), cela ne s'est pas véritablement confirmé, et Mercedes a remporté les huit premiers Grands Prix avec cinq doublés consécutifs.

Lire aussi :

D'après Sebastian Vettel, Ferrari est resté "assez calme" après une "incroyable" première semaine d'essais hivernaux, mais un début de saison "surprenant" a montré que Ferrari "n'était simplement pas assez rapide".

"À ce stade-là, on n'abandonne pas, mais on se rend compte que l'on n'est pas dans une position où l'on veut être", analyse Vettel pour Motorsport.com. "Et on se bat contre soi-même d'abord, car on est trop loin pour se battre contre les autres, ou on se bat contre Mercedes, qui n'a fait que devenir de plus en plus fort, course après course. Nous essayions de trouver notre performance en premier. Puis, avec les courses européennes, et simplement le fait que nous ne pouvions pas changer les choses du jour au lendemain, il a été relativement clair que cela allait être très difficile."

Sebastian Vettel, Ferrari, sur la grille

Ferrari a ainsi très vite compris selon Vettel que l'espoir de remporter un premier titre mondial depuis plus de dix ans n'allait pas se concrétiser, sans toutefois vouloir se l'admettre. "On essaie de rejeter ça, car on veut prouver le contraire. Mais on échoue, encore et encore, à prouver le contraire, et… c'est un peu comme si l'on essaie de ne pas regarder la vérité en face. La voir en face n'est pas une sensation agréable. Mais cela finit par être nécessaire."

Lire aussi :

"Quand on rejette ça pendant trois, quatre cinq courses… ça aide quand on finit par dire 'OK, c'est comme ça' ! Si l'on se dit d'emblée 'OK, c'est un fait désormais', alors c'est assez dur. On continue plus ou moins d'essayer, encore et encore, et à un moment, on finit par s'en rendre compte. C'est un peu moins dur, mais c'est quand même quelque chose à déplorer."

Devancé par son coéquipier au championnat pour la première fois depuis son association avec Daniel Ricciardo chez Red Bull en 2014, le quadruple Champion du monde ne cache pas avoir eu quelques difficultés à maîtriser son sujet cette saison, malgré un regain de forme depuis Singapour et l'évolution aérodynamique lancée sur la SF90 : Vettel s'est imposé dans la cité-État, où il excelle toujours, et a signé deux autres podiums à Suzuka et à Mexico.

"Nous avons perdu cette sensation, et nous avons longtemps peiné à la retrouver. Ce qui nous manquait a vite été clair, mais comment résoudre le problème ne l'était pas tellement. Puis une fois que ça l'a été, ça prend du temps, parce qu'on ne peut pas simplement cliquer sur 'imprimer'."

"C'est une question de confiance. Prédire comment cela va évoluer et savoir ce qui va se passer. Pouvoir anticiper, pouvoir prédire. Puis pouvoir tirer davantage de soi, et finalement de la voiture", conclut l'Allemand.

Propos recueillis par Roberto Chinchero

Article suivant
Honda veut juste une lutte moteur "propre et équitable"

Article précédent

Honda veut juste une lutte moteur "propre et équitable"

Article suivant

La FIA espère des monoplaces variées esthétiquement en 2021

La FIA espère des monoplaces variées esthétiquement en 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Boutique
Équipes Ferrari Races Boutique
Auteur Benjamin Vinel