Vettel veut terminer son aventure Ferrari avec "dignité"

Reconnaissant que sa dernière saison avec Ferrari n'est pas "la plus facile", Sebastian Vettel veut mettre un point d'honneur à quitter la Scuderia avec "dignité".

Vettel veut terminer son aventure Ferrari avec "dignité"

Six courses avant la fin de cette étrange saison 2020, Sebastian Vettel figure à une non moins étrange 13e place du classement général avec seulement 17 points inscrits en 11 Grands Prix. Il faut dire qu'en plus de disposer d'une monoplace difficile à piloter avec la SF1000, la poursuite de ses erreurs en piste et des travers de Ferrari dans certains domaines entrevus les saisons précédentes créent une atmosphère crépusculaire alors que se profile la fin de leur collaboration.

Informé avant même le début de la campagne qu'il allait devoir quitter Maranello, Vettel a trouvé un point de chute chez Aston Martin (nom que prendra Racing Point en 2021) mais pas vraiment de stabilité en piste, après une nouvelle course loin de son niveau au Nürburgring. La situation est d'autant plus difficile que Charles Leclerc est parfois parvenu à tirer son épingle du jeu et figure en huitième place du classement pilotes, avec 63 unités au compteur.

Lire aussi :

En conférence de presse jeudi au Circuit de l'Algarve, Vettel a salué le "très bon travail" de son équipier et le fait qu'il semble "régulièrement tirer le maximum de la voiture", tout en admettant ses propres problèmes et en les liant à sa situation personnelle.

"De mon côté, je pense que c'est une année très différente, avec des circonstances très différentes. [Je] ne connais probablement pas l'année la plus simple, je fais ce que je peux et ce n'est pas la situation la plus facile. Mais je veux donner tout ce qui est possible pour essayer d'améliorer ça, et d'ici la fin de l'année, revenir au niveau où je peux être."

Quand il lui est demandé d'aller plus loin dans ses commentaires, l'Allemand laisse transparaître le poids qu'a pu jouer l'annonce de son non-renouvellement avant le début de la campagne. "Bien entendu, la voiture de cette année n'est pas simple à piloter pour nous deux."

"Je participe à toutes les réunions auxquelles Charles participe également, et nous partageons cette opinion. Bien sûr, ce n'est pas toujours simple. Mais je pense qu'il est assez clair qu'en abordant cette saison, en sachant que nous allions nous séparer, l'histoire d'amour allait être d'un autre genre."

"Néanmoins, je respecte tout le travail qui a été fait de mon côté, et ces dernières années, et je suis donc prêt à donner le maximum en retour. Cela n'a pas été la plus facile des années en ce qui concerne notre situation. Les courses aussi, de temps en temps, n'ont pas vraiment été dans notre sens. Parfois, c'est comme ça, et moi-même, je dois me retrousser les manches, et j'attends avec impatience les nouveaux circuits que nous aurons d'une part et les courses qui arrivent pour essayer de tout assembler un peu mieux."

Lire aussi :

Sebastian Vettel a pris la décision de rejoindre Ferrari à partir de 2015 pour tenter de remporter le titre mondial au sein de la Scuderia, comme son héros d'enfance Michael Schumacher. L'ancien pilote Red Bull a déclaré que piloter pour l'écurie italienne avait été un "immense privilège", et que même s'il était impatient de se lancer dans le défi Aston Martin, il voulait terminer dignement son aventure Ferrari.

"Comme pour tout, il y a une fin, donc je suis vraiment impatient de démarrer un nouveau chapitre l'année prochaine. Mais avant qu'il ne débute, comme je l'ai dit, je vais essayer de clôturer le chapitre ici avec dignité et de me reprendre afin de pouvoir signer le genre de performances que je sais pouvoir faire, en surmontant ces obstacles, avant d'être prêt pour le nouveau chapitre."

"Je ne pense pas être ce gars qui monte en pression et qui devient super émotif à la fin. Je pense que je suis [suffisamment] réaliste pour savoir que les choses touchent à leur fin. Comme je l'ai dit, la situation dans l'équipe désormais est différente d'il y a un ou deux ans, par rapport à où nous nous trouvons, vers où nous allons."

partages
commentaires

Related video

Ocon et Renault : 2020, la pire année pour s'intégrer ?
Article précédent

Ocon et Renault : 2020, la pire année pour s'intégrer ?

Article suivant

Mercedes va rouler sans le DAS à Portimão

Mercedes va rouler sans le DAS à Portimão
Charger les commentaires