Vettel a du mal à gérer la pression de la F1, pour Berger

Pour Gerhard Berger, Sebastian Vettel peine à gérer la pression de la Formule 1, ce qui explique sa mauvaise passe qui dure.

Vettel a du mal à gérer la pression de la F1, pour Berger

La première course de Sebastian Vettel pour le compte d'Aston Martin, à Bahreïn, n'a pas été couronnée de succès puisqu'après une qualification au 18e rang en raison d'un drapeau jaune au mauvais moment en Q1, l'Allemand a écopé d'une pénalité sur la grille pour non-respect d'un autre drapeau jaune lors de la même séance. Il a ensuite terminé loin des points en course après un accrochage étrange avec Esteban Ocon.

Après plusieurs saisons compliquées chez Ferrari, d'aucuns ont vu dans cette première épreuve la suite de la méforme du quadruple Champion du monde. Pour Gerhard Berger, ancien pilote de F1 dans les années 1980-1990, le problème vient de la gestion de la pression.

Lire aussi :

"Sebastian est quatre fois Champion du monde, il est donc l'un des pilotes les plus exceptionnels, sans aucun doute", a déclaré Berger dans le cadre du podcast In the Fast Lane. "Mais il n'a jamais bien réagi sous la pression. Rappelez-vous quand Daniel [Ricciardo] est arrivé chez Red Bull [en 2014], il était très fort et il a mis la pression sur Sebastian. Pour Sebastian, il a été difficile d'y faire face. Chez Ferrari, c'était la même chose [avec Charles Leclerc]."

"Je pense simplement que lorsque vous le regardez, vous sentez qu'il n'est pas libéré. Il n'est pas assez détendu. Il essaie de prouver des choses qui, en ce moment, ne sont pas possibles parce que la voiture n'est pas assez bonne ou que sa propre forme n'est pas assez bonne. Quand vous êtes dans cette situation, vous devez vous asseoir, prendre un peu de recul et vous dire : 'Bon, vas-y doucement et le succès va revenir'."

"Cela dit, il est aussi à la fin de sa carrière. Quand vous avez participé à tant de courses, quand vous êtes déjà quadruple Champion du monde, il arrive un moment où vous n'êtes peut-être plus dans une situation où vous voulez prendre tous les risques, où vous vous battez comme vous le faisiez avant de gagner des courses."

"De quelque manière que ce soit, ça ne marche pas bien pour lui. Il commence à faire des erreurs et les gens commencent à le remettre en question. Ce n'est que de la pression en plus, étape par étape, et, comme je l'ai dit au début, il n'aime pas la pression."

partages
commentaires
Verstappen "écraserait" Hamilton chez Mercedes, selon Piquet
Article précédent

Verstappen "écraserait" Hamilton chez Mercedes, selon Piquet

Article suivant

Red Bull prévoit des évolutions pour la RB16B dès Imola

Red Bull prévoit des évolutions pour la RB16B dès Imola
Charger les commentaires