Vettel admet que "ça fait mal" de penser à Michael Schumacher

Sebastian Vettel a reconnu que cela lui faisait mal de penser au long processus de convalescence de Michael Schumacher, avant la sortie du documentaire Netflix sur le septuple champion.

Le GP de Belgique 1991 marquait les débuts en Formule 1 de Michael Schumacher, qui allait progressivement s'imposer comme une figure de la discipline et se constituer un palmarès gargantuesque que seul Lewis Hamilton a réussi à égaler voire dépasser. Trente ans après, au moment de célébrer la première course du premier pilote à avoir conquis sept titres mondiaux, l'ambiance est forcément étrange.

Le 15 septembre, Netflix mettra à disposition de ses abonnées un film documentaire sur Schumacher, alors que l'ancien pilote demeure dans un état de santé inconnu mais évidemment pressenti très grave après sa chute à ski en toute fin d'année 2013. Proche du Baron Rouge, Sebastian Vettel a fait partie des gens interviewés dans le cadre de la production de la plateforme de streaming.

Lire aussi :

S'il n'a pas encore vu le film, le quadruple Champion du monde apparaît dans la bande-annonce dévoilée ces derniers jours et espère apprendre de nouvelles choses sur la vie de celui qui était son idole plus jeune.

"Michael a été une énorme source d'inspiration, pas seulement en le voyant piloter quand j'étais enfant, mais ensuite en apprenant à le connaître et [notamment] en tant qu'ami. Alors c'est assurément une relation très spéciale que j'entretiens avec lui."

"En pensant à lui, ça fait mal de savoir dans quel état il est, qu'il se batte comme il le fait, et que cela fait si longtemps que cela dure. Alors évidemment, je suis très proche et, oui, le documentaire, j'ai hâte de le voir, parce que c'est sûr qu'il y aura des éléments que je ne connais pas."

Le documentaire se concentrera sur la carrière du pilote, plutôt que sur sa situation depuis 2013. Vettel a confiance dans le fait qu'il rendra justice à Schumacher et au parcours de celui qui fut pilote pour Jordan, Benetton, Ferrari et Mercedes entre 1991 et 2012, via des souvenirs des gens qui ont travaillé avec lui.

"Je pense qu'il y a eu beaucoup de personnes qui ont été très proches de lui, et chacune d'entre elles, je pense, a apporté sa pierre à l'édifice. J'espère qu'ils ont fait un superbe travail, mais je suis sûr que c'est le cas, parce que l'histoire vraie est merveilleuse. Il a connu une carrière extraordinaire et je crois qu'il est une personne formidable. Je suis donc impatient de le voir, mais je n'en ai encore rien vu."

partages
commentaires
Russell "mérite" le baquet Mercedes, selon Leclerc et Verstappen
Article précédent

Russell "mérite" le baquet Mercedes, selon Leclerc et Verstappen

Article suivant

Mazepin a un nouveau châssis Haas à Spa

Mazepin a un nouveau châssis Haas à Spa
Charger les commentaires