Vettel n'exploite plus aussi bien les pneus

Après trois victoires consécutives de Lewis Hamilton avec Mercedes, tout le monde est amené à devoir faire sa propre introspection et à mettre sur le doigt sur le domaine dans lequel des progrès immédiats peuvent être faits pour venir rivaliser...

Après trois victoires consécutives de Lewis Hamilton avec Mercedes, tout le monde est amené à devoir faire sa propre introspection et à mettre sur le doigt sur le domaine dans lequel des progrès immédiats peuvent être faits pour venir rivaliser avec le team de Brackley à compter des manches européennes.

Si McLaren estime que sa monoplace

est très (trop) réactive aux changements de température

, tant vers le haut ou vers le bas du thermomètre,

Ferrari

estime que le manque de performance est global et ne peut être compensé qu’avec un intense développement.

Pour Red Bull, qui a déjà pointé en plusieurs occasions le manque de puissance exploitable de l’unité de puissance Renault, la performance en Chine aurait pû être meilleure avec des réglages plus adaptés, particulièrement sur l’auto de Vettel, à la peine face à son équipier Ricciardo.

« Je pense que Sebastian a des difficultés en ce moment car il n’a pas le feeling qu’il recherche avec l’auto », explique Christian Horner, directeur de l’équipe. « Il est extrêmement sensible à certains aspects des réglages, et il n’obtient pas le retour qu’il souhaite de la voiture ».

Ces dernières années, Vettel était passé maître dans l’art de maîtriser les gommes Pirelli sur un tour et dans les périodes de montée en température, tout en se montrant capable de maintenir les enveloppes dans la bonne fenêtre d’exploitation grâce à son feeling combiné à l’efficacité des créations d’Adrian Newey. Un feeling que Webber n’était jamais parvenu à trouver, mais que Daniel Ricciardo exploite actuellement de la meilleure des manières, prouvant que la Red Bull a un gros potentiel sur tous les types de circuits.

« La conséquence est qu’il endommage plus les pneus, ce qui est très inhabituel pour Seb », poursuit Horner, qui sait à quel point son champion peut gérer ses enveloppes lorsqu’il dispose d’une auto convenant à son style de pilotage. « Nous avons vu que depuis l’introduction des Pirelli, il est très inhabituel pour lui d’atteindre plus rapidement la fin de vie des pneus que la moyenne. Je pense qu’il s’agit juste d’un pic des problèmes qu’il a actuellement. Mais dès qu’il les aura passés, il reviendra fort ».

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Daniel Ricciardo , Adrian Newey
Équipes McLaren , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités