Vettel reste allergique aux réseaux sociaux

Le pilote Ferrari fait partie d'une catégorie en voie de disparition : celle des sportifs de haut niveau qui ne sont pas présents sur les réseaux sociaux ! Un choix assumé et revendiqué.

Vettel reste allergique aux réseaux sociaux
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari lors de la conférence de presse
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H

Totalement absent des réseaux sociaux, où il ne dispose d'aucun profil public, Sebastian Vettel a défendu son approche. Son statut de quadruple Champion du monde et de pilote Ferrari n'y change rien, le pilote allemand n'est pas un grand fan de ces nouvelles technologies, et n'a aucune intention d'y céder.

"Je ne comprends pas pourquoi il faut constamment dire à tout le monde ce que l'on fait, où l'on est, avec qui on est", explique Sebastian Vettel sur la chaîne allemande RTL. "Je n'ai tout simplement pas ce besoin, mais en même temps, je ne blâme pas les gens s'ils parlent constamment d'eux-mêmes. Je pense avoir grandi avec une génération qui était assez réservée quant au fait de prendre des photos de soi-même." 

À contre-courant, Vettel l'est également quant à l'attitude des fans. S'il se prête volontiers au jeu des selfies, il avoue ne pas forcément en cerner l'intérêt, et s'en amuse parfois avec le public.

"Les gens viennent et disent 'Est-ce que nous pouvons prendre une photo ?'. Et soudainement, ils repartent", décrit-il. "Je leur demande parfois ce qu'ils vont faire avec, et souvent la réponse est 'Aucune idée'. L'autre jour, quelqu'un m'a dit qu'il avait besoin d'une photo pour prouver à ses amis qu'il m'avait bien rencontré. J'ai répondu : 'On ne peut pas être un ami fiable si on ne vous croit pas !' Je dois admettre que je préfère serrer la main de quelqu'un et avoir l'expérience de le rencontrer."

 

partages
commentaires
Sauber prévoit un "pas en avant majeur" avec ses évolutions
Article précédent

Sauber prévoit un "pas en avant majeur" avec ses évolutions

Article suivant

Brawn : Il faut réduire les coûts avant de s'attaquer aux revenus

Brawn : Il faut réduire les coûts avant de s'attaquer aux revenus
Charger les commentaires