Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
14 août
EL1 dans
06 Heures
:
46 Minutes
:
12 Secondes
11 sept.
Prochain événement dans
27 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
55 jours
23 oct.
Prochain événement dans
69 jours
31 oct.
Prochain événement dans
77 jours

Vettel surpris : "Il n'y a jamais eu d'offre" de Ferrari

partages
commentaires
Vettel surpris : "Il n'y a jamais eu d'offre" de Ferrari
Par :
2 juil. 2020 à 15:51

Dans des propos à la tonalité différente de celles du jour de l'annonce, Sebastian Vettel est revenu ce jeudi sur son départ programmé de Ferrari, qui sera effectif à l'issue de la saison.

Lorsque la non-prolongation du contrat de Sebastian Vettel a été officialisée par Ferrari il y a quelques semaines, il était question d'un commun accord entre les deux parties. Or dans le paddock du Red Bull Ring, le quadruple Champion du monde a fait part de sa surprise lorsqu'il a été mis au courant de la fin des négociations avec la Scuderia, sans même avoir reçu de réelle proposition de contrat. "Il n'y avait pas de point de friction", explique-t-il. "J'ai évidemment été surpris lorsque Mattia [Binotto] m'a appelé et qu'il m'a dit que l'équipe n'avait plus l'intention de continuer. Nous ne sommes jamais entrés en discussion, il n'y a jamais eu d'offre sur la table, et donc il n'y a pas eu de point d'achoppement."

Lire aussi :

La question pour le pilote allemand désormais est de savoir quel sera son avenir en Formule 1. A-t-il l'ambition de rejoindre une autre écurie alors que les possibilités semblent limitées ? L'intéressé n'écarte rien, pas même l'idée de quitter la catégorie reine alors qu'il assure ne pas avoir de discussions avancées avec d'autres équipes. "Je veux être sûr de prendre la bonne décision pour mon avenir", souligne-t-il. "Je suis d'une nature très compétitive. J'ai accompli beaucoup de choses et je suis motivé, je veux en faire plus. Pour le faire, il me faut le bon package et les bonnes personnes autour de moi. C'est donc ce que je recherche actuellement. Si la bonne occasion se présente, alors je pense que ce sera très clair. Si ce n'est pas le cas, alors il faudra probablement chercher autre chose."

"J'ai le sentiment d'avoir encore beaucoup plus à donner", insiste-t-il en précisant qu'il ne veut pas précipiter l'annonce d'une retraite. "Si ce n'est pas le cas et que les choses ne se mettent pas en place, comme je l'ai dit, il sera probablement temps de faire autre chose. J'ai la conviction qu'il faut être prêt à fermer la porte, et qu'il ne faut pas le faire puis s'attendre à ce qu'elle s'ouvre à nouveau. Il faut être conscient de la décision que l'on prend sur le moment, et c'est pourquoi je ne précipite rien. C'est bien de lancer la saison, mais les prochaines semaines et les prochains mois apporteront probablement un peu plus de clarté."

"J'ai échoué... Nous avons échoué"

Seabstian Vettel, Ferrari

Sur son bilan chez Ferrari, où il est arrivé en 2015, Vettel ne se cache derrière aucune excuse. Avec des mots aussi simples que limpides, il admet le constat d'échec à l'aube d'une ultime saison en rouge, avant de laisser sa place à Carlos Sainz en 2021.

"Dès le premier jour où je suis arrivé, nous avons tout tenté ensemble pour nous battre pour le titre, ce que nous avons fait à plusieurs occasions selon moi", résume-t-il. "Nous n'avons pas remporté le titre, donc à cet égard et avec le recul, vous pouvez dire que j'ai échoué, que nous avons échoué. Bien sûr, nous nous sommes fixé un objectif clair que nous voulions atteindre. La vérité est que jusqu'à présent, nous ne l'avons pas atteint. Nous avons encore une saison devant nous. Sachant que c'est une saison étrange, je crois qu'il est impossible de savoir exactement ce qui nous attend." 

"Mais quand il s'agit de prendre du recul, je crois qu'ici ou là il nous a manqué quelque chose. Au bout du compte, nous n'avons jamais réussi à réunir le package suffisant jusqu'à la fin de l'année pour jouer le titre. Nous nous sommes rapprochés, je dirais à mi-chemin certaines années, mais ensuite l'écart se creusait. Nous avons été clairement battus par Mercedes et par Lewis [Hamilton] ces années-là. C'est assez simple. Nous n'étions pas suffisamment rapides, notre package n'était pas aussi fort que celui de Mercedes."

Related video

Pérez ne doute pas : Aston Martin rivalisera avec les meilleurs

Article précédent

Pérez ne doute pas : Aston Martin rivalisera avec les meilleurs

Article suivant

Leclerc : "Sûr à 99% que ce sera plus difficile" qu'en 2019

Leclerc : "Sûr à 99% que ce sera plus difficile" qu'en 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Boutique
Équipes Ferrari Races Boutique
Auteur Basile Davoine