Vettel s'attend à une pénalité moteur d'ici la fin de la saison

Contraint à l’abandon dans les rues de Monaco lors du dernier Grand Prix, Sebastian Vettel a de nouveau essuyé les plâtres d’une fiabilité encore parfois fragile du côté de Renault

Contraint à l’abandon dans les rues de Monaco lors du dernier Grand Prix, Sebastian Vettel a de nouveau essuyé les plâtres d’une fiabilité encore parfois fragile du côté de Renault. Avec ce nouvel incident, le quadruple Champion du Monde ne cache pas qu’il sera logiquement impossible pour lui de ne pas dépasser le quota de cinq moteurs alloués pour une saison.

« C’est facile de calculer et de voir que je n’en aurai pas assez », a-t-il confirmé dans les colonnes du magazine Auto Motor und Sport. Le pilote allemand s’attend donc à écoper d’une pénalité lorsqu’il aura recours à un sixième moteur, ou à un sixième composant différent sur l’une des unités de puissance.

Il perdra alors 5 ou 10 places sur une grille de départ en fonction des circonstances

.

En dépit d’avoir cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, Vettel pense avant tout au présent, qui passe par le prochain Grand Prix au Canada. « Un circuit à haute vitesse très exigeant, entouré de rails et de murs », rappelle-t-il. « Il y a assurément un potentiel de risque élevé, particulièrement dans le virage 15, où l’on trouve le fameux « mur des champions » où l’on passe à quelques centimètres. »

La Red Bull RB10 devrait pâtir de son manque de puissance sur ce tracé qui réclame aussi une bonne vitesse de pointe, mais Vettel prévient qu’il faudra d’abord passer le premier écueil, celui du départ. « Dans le passage droite-gauche très étroit, il s’agit avant tout d’éviter le contact avec d’autres voitures, sans quoi il y a un accident. Ce n’est pas inhabituel de voir la voiture de sécurité faire son apparition. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel
Type d'article Actualités