Villeneuve : Vettel ne pouvait pas prendre un tel risque

Le Canadien ne comprend pas la prise de risque selon lui inutile de Sebastian Vettel au départ du Grand Prix de Singapour.

Consultant pour Canal+, Jacques Villeneuve a sévèrement jugé la manœuvre de Sebastian Vettel au départ du Grand Prix de Singapour, estimant que l'Allemand était le seul responsable de l'accrochage. Auteur d'un envol moyen, le pilote Ferrari s'est rapidement décalé vers la gauche, avant qu'une collision en chaîne ne le mette hors course, ainsi que son coéquipier Kimi Räikkönen et Max Verstappen.

Selon le Champion du monde 1997, ce qui s'est produit devait arriver tôt ou tard, de nombreux pilotes abusant selon lui du fait de changer de trajectoire dès l'extinction des feux. Surtout, Vettel ne pouvait pas se permettre de prendre un tel risque alors qu'il était en pole position sur un circuit promis à Ferrari, et connaissant sa position au championnat.

"Vettel ne peut que se blâmer lui-même", explique Villeneuve, interrogé par Motorsport.com. "Si vous prenez un départ et coupez la trajectoire, il y a des risques que quelque chose puisse se produire, car on ne sait jamais ce qui se passe derrière. Ils font tous ça à chaque départ, on le voit en Formule 4, en Formule 3, ils coupent la trajectoire. On en paie le prix. Quand on se bat pour un titre, on ne peut pas prendre un tel risque."

Le fait de ne pas pouvoir voir où se trouvait Kimi Räikkönen au moment où Vettel s'est décalé n'est pas non plus une circonstance atténuante selon Villeneuve : "Ça n'a pas d'importance. On ne change pas de trajectoire comme ça. On ne fait pas ça. Peu importe s'il pouvait voir Kimi ou non. Dans son esprit, il ne savait pas s'il y avait deux ou trois voitures. Il savait qu'il avait pris un départ moyen, donc il savait que d'autres avaient pris un meilleur envol que lui. Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Nous assistons à ça à chaque course."

"C'était un circuit où Ferrari aurait dû prendre beaucoup de points, donc oui, ça pèse très lourd. Mais il reste encore six Grands Prix, tout peut arriver."

Pirelli à nouveau critiqué

Revenant sur l'ensemble du Grand Prix, Jacques Villeneuve n'a pas non plus caché sa déception. Selon lui, la gestion des pneus Pirelli a retiré énormément de piment à l'épreuve, en contraignant les pilotes à ne pas se donner à 100%.

"Vous savez ce qui est dommage ?", interroge-t-il. "En qualifications, les voitures paraissaient rapides, c'était amusant. Aujourd'hui, ils devaient juste piloter doucement pour ne pas faire surchauffer les pneus. À cause de ça, il n'y a même pas de course. Pirelli doit faire quelque chose, ils détruisent la F1 actuellement. À chaque course, tout le monde doit aller moins vite, pour ne pas sortir de la fenêtre de température. Ça ne vient pas des ailerons, pas de l'appui aérodynamique, ça vient du fait que les pneus surchauffent, et les pilotes doivent être à 80%, donc ce n'est pas de la course."

Propos recueillis par Lawrence Barretto

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Sous-évènement Course
Circuit Singapore Street Circuit
Pilotes Jacques Villeneuve , Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités
Tags critique