Vips : "Marko aime mettre les pilotes sous pression"

Jüri Vips évoque sa relation avec Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull et responsable du programme de jeunes pilotes de l'écurie.

Le vainqueur Juri Vips, Hitech Grand Prix avec Helmut Marko, consultant, Red Bull Racing, dans le parc fermé

Il est de notoriété publique que Helmut Marko n'est pas tendre avec les pilotes du Red Bull Junior Team, lui qui supervise l'académie de la marque au taureau depuis plusieurs décennies. Jüri Vips, qui en fait partie depuis trois ans et demi, est bien placé pour en parler.

Le Champion d'ADAC F4, qui s'est également illustré en F3 Europe, en FIA F3 et désormais en Formule 2, évoque dans le podcast F1FS une anecdote de sa saison 2020, à une époque où il était le mieux placé pour accéder à la catégorie reine du sport automobile avec Red Bull mais où la pandémie de COVID-19 l'avait empêché de courir en Super Formula, faisant dérailler sa carrière.

"Le premier test que j'ai fait en F1, c'était pour avoir ma Super Licence, il fallait faire 300 kilomètres dans une ancienne voiture", relate Vips. "J'étais au Japon, j'avais déjà raté la moitié de ma saison. J'ai reçu un coup de fil de Helmut : 'Prends l'avion pour venir en Europe, dans deux jours tu moules ton baquet et dans trois jours tu pilotes la F1 de 2012'. Helmut aime que tout se fasse à la dernière minute, il ne veut pas vraiment que l'on soit préparé, il aime nous jeter dans le grand bain, pour ainsi dire. Je ne veux pas remettre en question ses méthodes, car quasiment la moitié de la grille [de F1] est composée de pilotes Red Bull, anciens ou actuels. Ce qu'il fait fonctionne clairement."

Juri Vips, pilote de réserve Red Bull Racing

"Il aime mettre les pilotes sous pression. Surtout au début, quand on arrive. Avant ma toute première séance sur le simulateur chez Red Bull, je n'avais fait que deux journées de simulateur dans toute ma vie. Surprise surprise, j'étais nul ! Le lendemain, j'imagine que Helmut a eu le compte-rendu, et j'ai reçu un coup de fil qui me disait plus ou moins : 'T'es nul, si tu ne t'améliores pas, je vais te virer'. Je n'avais même pas fait de course pour eux, juste une séance sur le simulateur ! C'était sympa de faire connaissance comme ça !"

"Je savais qu'il était juste en train de m'intimider, et j'étais suffisamment intelligent pour savoir qu'il n'allait pas me virer à cause d'une mauvaise séance sur le simulateur. Il savait que c'était en piste que ça comptait."

Ayant participé aux tests réservés aux jeunes pilotes avec Red Bull Racing fin 2020 et 2021, Vips est maintenant attendu en essais libres, alors que la participation de rookies à deux séances dans l'année est désormais obligatoire pour chaque écurie – AlphaTauri devrait faire appel à un autre membre du Junior Team, Liam Lawson. C'est en tout cas ce qu'a révélé Franz Tost, directeur de la petite Scuderia ; cependant, soit Vips n'est pas au courant, soit il ne veut pas crier victoire avant que ce soit officiel.

"Merci de m'avoir prévenu que j'allais rouler en EL1 cette année !" a-t-il souri. "Peut-être que ça va se faire, peut-être pas. On verra comment se passe la saison. Si ça se fait, ce sera évidemment incroyable."

En attendant, l'Estonien va s'efforcer de concrétiser en Formule 2, où il occupe actuellement la quatrième place du championnat avec deux podiums et deux meilleurs tours en quatre courses. Il a ainsi 28 points au compteur, contre 45 pour le leader Felipe Drugovich.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Ocon : La quatrième zone DRS aurait fait plus de spectacle
Article suivant La lumière rouge de Mercedes qui donne des indices sur son plan d'action

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse