Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

La configuration McLaren qui a aidé Sainz chez Ferrari

Pour sa première saison chez Ferrari, Carlos Sainz s'est affirmé comme un pilote solide et capable de rivaliser avec son équipier. Sur le plan technique, l'Espagnol a imposé sa vision des choses dans la configuration de son volant.

La configuration McLaren qui a aidé Sainz chez Ferrari

La capacité de Carlos Sainz à démarrer sa première saison chez Ferrari sur les chapeaux de roue et à rivaliser avec son coéquipier Charles Leclerc a été déterminante dans la lutte de l'écurie de Maranello avec l'ancienne équipe de l'Espagnol, à savoir McLaren, pour la troisième place du championnat des constructeurs.

Un aspect intéressant de son passage chez Ferrari est qu'il a adopté un système d'embrayage similaire à celui qu'il privilégiait dans sa précédente structure. Plutôt que de s'en tenir à l'embrayage à une seule palette, introduit par son prédécesseur Sebastian Vettel et adopté par Leclerc, Sainz a en effet opté pour un embrayage à double palette.

Les deux palettes d'embrayage sur le volant de Sainz chez McLaren

Les deux palettes d'embrayage sur le volant de Sainz chez McLaren

Comme la configuration utilisée pendant son passage chez McLaren, les palettes de Sainz ont également une cavité à leur extrémité afin qu'il puisse placer son index et son majeur à l'intérieur dans le but d'améliorer ses sensations et la modulation de ses actions au moment du démarrage.

Cette caractéristique est commune à à la disposition utilisée par Vettel et Kimi Räikkönen, avant le passage de ces derniers à une seule palette. Le Finlandais a persévéré avec la version double, et avait les palettes totalement à l'horizontale par rapport au volant. De son côté, Sainz a décidé de les faire installer à un angle qui correspond mieux à ses besoins.

Le volant de la Ferrari SF70 (2017) de Sebastian Vettel

Le volant de la Ferrari SF70 (2017) de Sebastian Vettel

Il est également intéressant de noter que, si les adaptations sur la face avant du volant semblent être moins cruciales pour le confort de Sainz, il semble avoir raccourci les palettes de changement de vitesse par rapport à ce dont dispose Leclerc.

Ces changements peuvent sembler mineurs à première vue, mais même de minuscules modifications ergonomiques peuvent avoir un impact significatif sur les performances, surtout si l'on tient compte de l'importance d'un départ lors d'un Grand Prix.

Le volant de la Ferrari SF1000 (2020) de Charles Leclerc

Le volant de la Ferrari SF1000 (2020) de Charles Leclerc

Lire aussi :
partages
commentaires
AlphaTauri salue l'impact de Gasly dans le travail d'équipe
Article précédent

AlphaTauri salue l'impact de Gasly dans le travail d'équipe

Article suivant

Ben Sulayem reçoit un soutien de poids pour la présidence de la FIA

Ben Sulayem reçoit un soutien de poids pour la présidence de la FIA
Charger les commentaires