Webber critique fermement le retour de Bahreïn

Tandis que la FIA a choisi de réintégrer le Grand Prix de Bahreïn au calendrier de la saison 2011, Mark Webber a exprimé sa profonde déception quant à cette décision

Tandis que la FIA a choisi de réintégrer le Grand Prix de Bahreïn au calendrier de la saison 2011, Mark Webber a exprimé sa profonde déception quant à cette décision.

Programmée le 30 octobre prochain, l'épreuve bahreïnie vient chambouler la fin de saison, décalant probablement le Grand Prix d'Inde au mois de décembre.

Mais c'est avant tout la situation politique qui règne à Bahreïn qui trouble l'esprit de Webber. Il n'hésite d'ailleurs pas à parler de malaise à l'idée d'y courir en octobre prochain.

"Mon opinion reste inchangée depuis que l'on m'a questionné à ce sujet à la fin du mois de février. Même si la décision a été prise, je serais très surpris si le Grand Prix de Bahreïn avait lieu cette année," a écrit l'Australien sur son site Internet.

"A mon avis, le sport aurait dû adopter une position beaucoup plus ferme plut tôt dans l'année, plutôt que de constamment retarder sa décision dans l'espoir de pouvoir reprogrammer la course en 2011. Cela aurait envoyé un message très clair au sujet de la position de la Formule 1 sur une question aussi fondamentale que les droits de l'homme."

"Il est évident que les parties concernées ont eu du mal de parvenir à une décision, mais malheureusement j'ai l'impression qu'elles n'ont pas encore pris la bonne. Qu'on le veuille ou non, la Formule 1 et le sport en général ont une responsabilité sociale et de conscience. J'espère que la Formule 1 sera en mesure de retourner à Bahreïn, mais ce n'est pas le bon moment," a ajouté Webber.

En allant plus loin dans sa réflexion, le pilote Red Bull Racing a évoqué la possibilité d'un accroissement des tensions dans l'état de Bahreïn si un évènement tel qu'un Grand Prix de Formule 1 y est organisé.

"En tant que compétiteur, je ne me sens pas à l'aise à l'idée de participer à un évènement alors que, en dépit des assurances du contraire, il semble inévitable que cela causera davantage de tensions pour le peuple de ce pays. Je ne comprends pas pourquoi mon sport veut se placer dans la position d'un catalyseur pour une telle chose," a-t-il expliqué fermement.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités