Webber - Révélations sur la rivalité avec Vettel

Alors que son autobiographie va être publiée cette semaine, Mark Webber est revenu sur sa carrière en Formule 1, notamment sur les sept années qu'il a passées chez Red Bull Racing, dont cinq aux côtés de Sebastian Vettel.

Les tensions étaient monnaie courante entre les deux hommes, par exemple après le Grand Prix de Turquie 2010 lors duquel Vettel et Webber s'étaient accrochés dans leur lutte pour la victoire.

C'était également le cas à la suite du Grand Prix de Malaisie 2013, théâtre de l'affaire du Multi 21 : l'équipe avait intimé à Vettel l'ordre de ne pas attaquer son coéquipier pour assurer le doublé, mais l'Allemand n'en avait fait qu'à sa tête et s'était octroyé la victoire aux dépens d'un Webber très agacé.

"J'étais furieux contre Seb... un petit peu," déclare l'Australien dans une interview avec ABC's Australian Story. "Mais juste le scénario dans son ensemble, comment nous sommes-nous mis dans cette position? Nous sommes descendus du podium et Seb est venu et a dit 'Il faut qu'on parle, j'ai vraiment merdé'. J'ai répondu 'mec, on parlera la semaine prochaine'."

Il faut qu'on parle, j'ai vraiment merdé

Sebastian Vettel, selon les propos rapportés par Mark Webber

"Je ne sais pas qui lui a parlé entre la Malaisie et la Chine, mais la discussion en Chine ne s'est pas bien passée. Il a dit qu'il avait un énorme respect pour moi en tant que pilote mais pas beaucoup en tant que personne. Cela a vraiment affecté notre relation, évidemment. À l'époque, c'est à peine si on supportait de se voir."

Selon Webber, cette affaire a mis en lumière l'incapacité de l'équipe à gérer la rivalité entre ses deux pilotes.

"L'équipe était déçue après l'affaire du Multi 21, c'est clair," poursuit-il. "Ils ont vu à quels point ils étaient impuissants. Ils ne pouvaient pas nous gérer en piste, ce qui n'est pas normal. Ils avaient juste besoin que quelque chose change, donc je les ai aidés à prendre cette décision et je suis parti."

Des ailerons qui font polémique

C'est également au niveau de la disponibilité des nouvelles pièces que les tensions se faisaient ressentir.

Au Grand Prix de Grande-Bretagne 2010, par exemple, les deux pilotes disposaient d'un nouvel aileron avant, mais celui de Vettel s'était cassé en essais libres. Webber avait alors dû lui laisser le sien. L'Australien revient sur un autre incident de la même année, concernant un aileron arrière cette fois.

"Je venais de remporter les deux Grands Prix précédents en menant du départ à l'arrivée, puis le nouvel aileron arrière arrive et... va de l'autre côté du garage," relate-t-il. "Je peux vous dire que les mécaniciens étaient furieux."

"Nous nous demandions ce qui se cachait derrière tout cela. Ils tenaient à ce que Vettel soit un peu plus heureux. Juste parce que j'étais le mec qui était censé être un peu fini."

Vettel, un enfant gâté?

Ann Neal, compagne et manager de Webber a logiquement observé la situation de près. Elle estime que Vettel a été traité comme un enfant gâté et que son partenaire était digne d'un titre mondial.

"Nous avions l'impression que Sebastian n'était pas heureux, cet Australien le battait, ce n'était pas vraiment censé se passer ainsi," se souvient Neal. "Le problème s'est produit parce que l'équipe a mal géré la situation en laissant Vettel s'en tirer en toute impunité. Je me disais 'vraiment, vous allez le laisser s'en tirer comme ça?'"

"Je pense que Mark était assez bon pour remporter un championnat du monde, je pense qu'il avait ce désir et le talent, mais cette cruauté, 'J'en ai rien à foutre de tout le monde', ce n'est vraiment pas lui."

Pas de jalousie

Cela fait maintenant un an et demi que Vettel et Webber ne sont plus coéquipiers ; aussi semble-t-il que la relation entre les deux hommes se soit améliorée depuis lors. Quoi qu'il en soit, l'Australien n'a aucun regret.

"C'était complètement propre," affirme Webber. "Tout était comme je le voulais. Et c'est pourquoi je peux regarder en arrière et dire que je suis fier de ce que j'ai réalisé. Il y a plus de trophées sur les étagères de Seb que sur les miennes, mais je ne sus pas jaloux de tout de lui, de ce qu'il a réalisé et de ce qu'il a obtenu."

"Seb et moi nous entendons très bien, en fait. Nous avons bien discuté à Monaco, nous nous sommes donné des nouvelles quelques fois. C'est intéressant de voir de sa perspective comment il voyait les choses et comment je voyais les choses."

"Nous avons beaucoup de respect l'un pour l'autre. Nous regardons tous en arrière en nous demandant si nous aurions fait les choses différemment, et la réponse est oui," conclut-il avec honnêteté.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Sebastian Vettel
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités