Vers des pénalités adaptées aux conséquences des accidents ?

partages
commentaires
Vers des pénalités adaptées aux conséquences des accidents ?
Par :
1 juil. 2018 à 07:45

Directeur de course de la Formule 1, Charlie Whiting révèle que la FIA envisage de demander aux commissaires d'adapter les pénalités en fonction des conséquences des incidents.

Charlie Whiting, Race Director, FIA
Charlie Whiting, directeur de course de la FIA, Bruno Michel, et Marco Codello
Sergio Perez, Force India VJM11, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, et Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 au départ
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 mène au départ alors que Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 mène au départ alors que Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14, pass by as Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, go off track at the start
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB14, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14, et le reste du peloton au départ
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, en lutte avec Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, au départ
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, et Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, après leur contact au premier virage
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 au départ
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 mène au départ alors que Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 mène au départ alors que Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09 mène au départ alors que Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 au départ
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H percute Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 au départ
Pierre Gasly, Toro Rosso STR13, passe devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, victime d'un incident au départ

L'accrochage entre Sebastian Vettel et Valtteri Bottas au départ du Grand Prix de France a fait polémique, puisque le pilote Ferrari n'a reçu qu'une pénalité de cinq secondes et est parvenu à finir la course assez largement devant son rival, dont la Mercedes a été endommagée dans l'incident.

Certains observateurs affirment que la sanction infligée à Vettel n'était pas suffisante, malgré le temps qu'il a lui aussi perdu avec un aileron avant endommagé notamment.

"En théorie, les commissaires n'étudient pas les conséquences de l'accident", explique Charlie Whiting. "Bien qu'à vrai dire cela joue probablement un léger rôle inconsciemment."

"Disons juste que si Vettel avait continué sans le moindre problème, les commissaires se seraient peut-être dit que ce n'était pas juste, il avait gâché la course de Valtteri et c'était clairement sa faute, ils auraient peut-être pensé légèrement différemment. Mais pas consciemment. Si ça avait été l'inverse, si Valtteri avait continué alors que Vettel avait provoqué l'accident, faudrait-il le pénaliser en plus de la pénalité qu'il a déjà ? Il s'était puni lui-même, vous voyez."

"C'est quelque chose dont nous discutons. Cela pourrait ouvrir la porte à quelque chose à quoi nous ne nous attendons pas, même si certains pourraient affirmer que c'est du bon sens. Nous en discutons actuellement avec les commissaires."

Dans l'Histoire, une pénalité en particulier a été ouvertement adaptée aux conséquences de l'accident : la course de suspension infligée à Romain Grosjean suite au crash qu'il a provoqué au départ du Grand Prix de Belgique 2012, où les candidats au titre Fernando Alonso et Lewis Hamilton avaient été éliminés.

Certains se sont également demandé pourquoi Vettel n'avait reçu que cinq secondes de pénalité, alors que Max Verstappen a écopé de dix secondes pour avoir percuté l'Allemand en Chine. Selon Whiting, c'est parce que cet incident ne s'était pas produit au départ et était donc plus évitable.

"Je pense que les incidents au premier virage, ou même au premier tour, sont vus de façon légèrement différente", estime le Britannique. "On accepte des choses qui se produisent au premier tour que l'on n'accepterait peut-être pas dix tours plus tard, pour des raisons évidentes."

Les commissaires ne prennent en tout cas pas en compte les incidents précédents de chaque pilote lorsque l'un d'entre eux fait l'objet d'une enquête : "Les courses précédentes ne sont pas prises en compte. C'est à ça que sert le système de points. C'est un fait. C'est un pilier du processus de prise de décision des commissaires." Aucun pilote n'a pour l'instant écopé d'une suspension d'une course à cause du système de points, Daniil Kvyat en passant très près en 2017 avec dix points de pénalité sur les 12 requis pour un ban.

Une archive des incidents précédents

Enfin, Whiting évoque le Race Watch Stewards Review, système mis en place au début de la saison 2016 qui regroupe toutes les enquêtes des commissaires dans un dossier en ligne, auquel ceux-ci ont tous accès. Puisqu'ils ne sont pas les mêmes à chaque Grand Prix, cela les aide à décider d'une sanction appropriée en étudiant celles infligées pour des incidents similaires.

"Tous les commissaires ont accès à ce système. Nous avons des réunions régulières avec les commissaires pour passer en revue des incidents et voir s'il y a des leçons à en tirer. Nous en tirons des conclusions immédiatement après chaque course. Les commissaires peuvent prendre n'importe quel incident et voir quelle a été la décision, pourquoi elle a été prise et quelle était la pénalité. Nous essayons ainsi de trouver davantage de cohérence."

"Le concept, c'est que les commissaires puissent très rapidement étudier des cas passés. Comme l'incident [vendredi] lorsque la voiture de [Stoffel] Vandoorne a été relâchée de façon relativement dangereuse devant la Ferrari, ils ont pu étudier les incidents précédents. Il y en avait eu un en 2016, je crois avec Lewis, donc même incident, même pénalité. C'est le principe, en tout cas", conclut Whiting.

Article suivant
Les pilotes Renault minimisent le nouveau mode moteur

Article précédent

Les pilotes Renault minimisent le nouveau mode moteur

Article suivant

La pénalité de Leclerc causée par un bris de suspension

La pénalité de Leclerc causée par un bris de suspension
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Soyez le premier à recevoir toute l'actu