Comment la Williams 2018 combine le meilleur de Mercedes et Ferrari

partages
commentaires
Comment la Williams 2018 combine le meilleur de Mercedes et Ferrari
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
Co-auteur: René Fagnan
17 févr. 2018 à 08:01

Williams désire revenir aux avant-postes et a dévoilé sa nouvelle FW41 qui se démarque par plusieurs solutions techniques intéressantes.

La FW41 a été créée sous la direction de Paddy Lowe, l’ancien directeur technique de Mercedes. Il est arrivé trop tard pour avoir une quelconque influence sur la voiture de l’an dernier, mais cette fois il a dirigé les travaux de conception de cette FW41 à moteur Mercedes.

Lowe est à la tête d’une équipe technique revue, comprenant Dirk De Beer, l’ancien designer de Lotus (devenu Renault) et Ferrari, qui supervise désormais le département aérodynamique de Williams.

Williams FW41

L’aileron avant de la FW41 reprend le concept de l’an dernier avec un plan principal à trois éléments et des volets à cordes très courtes. Le bout du nez est toujours relevé et renferme un S-duct. En revanche, on note une cape sous le nez, semblable à celle introduite par Mercedes la saison dernière.

L’influence de Mercedes se fait aussi sentir plus loin sur la voiture avec des déflecteurs latéraux fixés devant une série de fentes horizontales. Au-dessus, on retrouve une ailette en forme de boomerang, un peu comme celle de la Mercedes W08. Toutefois, cette ailette est fixée au déflecteur, ce qui ressemble plutôt à ce que nous avons vu sur la Red Bull et la Ferrari de l’an dernier.

Les pontons de la Williams ressemblent à ceux de la Haas qui, eux, s’inspirent de ceux de la Ferrari SF70H. En déplaçant la structure d’impact et en l’intégrant à l’intérieur de la carrosserie, il a été possible de reculer le ponton, ce qui améliore l’aérodynamique et le refroidissement. Les pontons sont désormais finement sculptés et très enveloppants, ce qui diffère nettement de ceux de l’ancienne FW40.

Williams FW41

Certains éléments de refroidissement, situés à l’intérieur du ponton, ont été reculés afin de rééquilibrer la répartition des masses suite à l’introduction obligatoire du Halo.

Le Halo a été peint en blanc afin qu’il s’accorde à la livrée de la voiture. En revanche, il n’apparaît certainement dans sa version finale. Il est fort probable qu’il soit doté d’un carénage, car il est possible d’en intégrer un dans un espace situé à 20 mm autour du Halo. Nous pourrons apprécier la version finale du Halo lors des premiers essais hivernaux.

La boîte à air du moteur est très semblable à celle de la voiture de l’an dernier qui possédait déjà une ouverture élargie. Le capot moteur profite de la surface maximale autorisée. L’aileron de requin a été remplacé par une arête élargie. On note aussi la présence d’une fine dérive sur le capot moteur afin de profiter au maximum des forces latérales qu’elle génère.

Williams FW41

Comme nous l’avions prédit, la FW41 dispose d’un T-wing placé en position basse, juste derrière l’extrémité arrière de la carrosserie.

L’aileron arrière est fixé à la monoplace à l’aide de deux supports en forme de cou de cygne, rattachés de part et d’autre de la tubulure d’échappement. Il est possible que le support unique employé l’an dernier ait été jugé trop lourd. Les dérives latérales de l’aileron disposent d'ouïes ouvertes et la section inférieure possède des échancrures aux formes complexes.

La dernière influence de la Mercedes se retrouve avec ces équerres courbées fixées au volet supérieur de l’aileron arrière.

Williams FW41
Prochain article Formule 1
Williams : Le discours sur les pilotes payants est "déplacé et inutile"

Previous article

Williams : Le discours sur les pilotes payants est "déplacé et inutile"

Next article

Sauber prépare "une année de construction" avec Alfa Romeo

Sauber prépare "une année de construction" avec Alfa Romeo
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Analyse