Williams - Aux femmes de montrer qu'elles peuvent monter en F1

Susie Wolff ne pouvait pas rêver d’un meilleur timing pour tenter de se mettre en valeur dans le petit monde de la Formule 1 qu'en participant aux Essais Libres 1 du Grand Prix de Grande-Bretagne

Susie Wolff ne pouvait pas rêver d’un meilleur timing pour tenter de se mettre en valeur dans le petit monde de la Formule 1 qu'en participant aux Essais Libres 1 du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Plus légère de près de 20 kilos que de nombreux pilotes de la grille, et avec une monoplace ayant prouvé sa compétitivité depuis le début de la saison -et particulièrement en Autriche où Williams a signé la pole position-, la jeune Ecossaise dispose de l’une de ses dernières chances de se faire remarquer et relancer une carrière moribonde ces dernières années. Pour autant, pas question pour celle-ci de trop se mettre en avant dans le cadre de la préparation de l'auto de Bottas : le team joue à domicile lors de la prochaine course et ne peut se permettre de perdre de temps dans la définition des réglages en vue du reste du weekend.



Sans programme saison depuis plusieurs années, -lorsque, encouragée par son époux Toto Wolff, elle fit le choix de ne pas poursuivre l’aventure DTM où elle avait été remerciée par Mercedes- , Susie Wolff ne disposera d’aucun coup de pouce particulier du fait d’être une femme, assure Claire Williams, sa Directrice d’Equipe.

-
Lire aussi –

Le règlement le poids, dernière chance de Susie Wolff en F1


--

Interrogée par F1 Racing concernant la possibilité de voir une femme titulaire en F1 dans les cinq prochaines années, Williams a expliqué que cette position doit être méritée, quel que soit le profil du ou de la pilote.



« Je ne sais pas », dit-elle ainsi. « Je pense que c’est aux femmes de venir et de nous montrer ce qu’elles sont capables de faire. Tout est question de monter dans les classements en catégories junior. Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup qui fassent ça. Mais plus il y en aura, plus la possibilité de les voir monter en F1 sera importante ».

La seule jeune femme courant cette année dans l’antichambre de la F1 est l’Espagnole Carmen Jorda, qui dispute sa troisième saison en GP3 et ne fait pas de vagues en queue de peloton. Tout comme la jeune vénézuélienne Samin Gomez, vite oubliée l'an dernier (propulsée par PDVSA). Egalement alignées récemment dans la discipline, Vicky Piria et Alice Powell ont pris des trajectoires différentes les maintenant éloignées de réelles opportunités de monter. En Formule 3.5, Beitske Visser a perdu le soutien de Red Bull mais continue à se battre avec détermination.
--

Lire aussi notre rencontre récente avec Beitske Visser


--

« Il nous faut les encourager à monter en sport automobile comme on sera ensuite plus à même d’en voir une arriver en Formule 1. Ce serait génial de voir une femme pilote en F1, cela fait trop longtemps », conclut Williams, qui se souvient que la dernière femme à avoir pris le départ d’un Grand Prix fut Lella Lombardi, en 1976…

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Susie Wolff , Lella Lombardi , Toto Wolff , Carmen Jorda , Vicky Piria , Alice Powell , Samin Gomez , Beitske Visser
Équipes Mercedes , Williams
Type d'article Actualités