Williams a été "aveuglé" par ses réussites du début de l'ère turbo hybride

partages
commentaires
Williams a été
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
12 sept. 2018 à 08:10

Williams a reconnu avoir été "aveuglé" par sa bonne forme du début de l'ère turbo hybride au moment de constater la nécessité de changer la culture de son équipe de F1.

Dans le sillage d'une campagne 2018 décevante, l'équipe a entrepris une profonde analyse de son infrastructure afin de comprendre la racine de ses problèmes. Et elle pense qu'une partie de la réponse se trouve dans des problèmes culturels de longue date qui n'ont pas été réglés au moment de la dernière restructuration majeure, en 2013.

À l'époque, l'équipe a dû réfléchir à ses pilotes, ses moteurs, son personnel et son budget et ses efforts ont payé car elle a terminé troisième du championnat constructeurs en 2014 et 2015. Cependant, la directrice adjointe Claire Williams pense que ces réussites ont masqué des problèmes récurrents seulement mis en lumière par les difficultés actuelles.

Lire aussi :

"Je pense que l'une des choses-clés que nous avons manqués, et probablement parce que nous n'avions pas le temps de le faire, a été de régler certains des problèmes culturels que nous avons chez Williams", a-t-elle déclaré à Motorsport.com dans une interview exclusive.

"Il faut nous assurer qu'il s'agit d'un très bon endroit pour travailler. Également, qu'il s'agit d'un endroit qui permet à nos employés de s'épanouir, de leur donner tout ce dont ils ont besoin afin de le faire et de faire le travail que nous leur demandons. Et c'est un des éléments sur lesquels nous nous concentrons vraiment."

"Je crois fermement que le talent que l'on possède est à l'origine des succès que l'on obtient, donc nous regardons en interne au lieu de chercher à l'extérieur pour garantir que tout le monde chez Williams travaille de la manière dont ils doivent, et c'est une pièce importante du puzzle que nous n'avons pas mise en place l'an passé."

"Nous avons probablement été en quelque sorte aveuglés par les réussites que nous avons eues très rapidement en 2014 après le travail fait en 2013, et ça a été un tournant important. Nous n'avons pas fait cela, et je pense que les années fructueuses qui ont suivi nous ont aveuglés par rapport au problème que nous avions probablement, donc actuellement nous le réglons."

"Et je suis très heureuse et cela m'exalte vraiment de le faire, et de penser aux gens que nous avons. Il y a toujours la tentation, quand ça ne va pas bien, de regarder vers l'extérieur et de penser que quelqu'un de l'extérieur peut venir et changer les choses. Ça ne marche pas comme ça en F1."

"Ce n'est pas la fin"

Bien que Williams soit actuellement confronté à un challenge de taille, l'équipe reste confiante dans sa capacité à relever le défi financier que représente la perte de son sponsor titre Martini, celle de Lance Stroll, ainsi que la forte baisse des primes liées au championnat constructeurs.

"Ce n'est assurément pas la fin. Je pense que toutes les équipes sportives vivent des situations comme celle que nous avons dû endurer cette année, je ne pense pas que ce soit inhabituel. C'est évidemment extrêmement malheureux et c'est un processus très difficile à vivre, quand on se retrouve dans cette situation. Bien sûr, on se demande ce qui nous attend."

Lire aussi :

"Mais je ne veux pas utiliser le mot 'prudemment' optimiste. Je suis tout à fait optimiste quant au fait que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous en sortir et [...] pour faire en sorte que l'équipe soit au meilleur niveau pour y parvenir. Nous devons aussi être réalistes. Passer de la cinquième à la dixième place n'est pas lié au fait que nous avons deux ou trois problèmes. C'est parce qu'on en a une poignée, si ce n'est plus. Nous avons donc suivi le processus que l'on attend de nous."

"Nous avons analysé ce qui n'allait pas avec cette voiture, et à travers ce processus, d'autres problèmes ont montré leurs vilaines têtes. Et nous avons pensé à d'autres choses que nous devions faire pour conduire au changement. L'équipe est en pleine restructuration et transformation afin d'aborder 2019 dans une meilleure situation."

Mais Williams est clair sur le fait qu'il n'y a pas de solution miracle aux problèmes de cette année et reconnaît qu'il faudra un certain temps pour revenir aux avant-postes. "Ça va prendre un certain temps. Nous n'allons pas remporter de courses l'an prochain. Ce n'est pas réaliste. Il faut beaucoup de temps pour relancer une équipe en F1, surtout une équipe de notre envergure. C'est donc un travail en cours, mais je suis optimiste à 100% pour l'avenir."

Prochain article Formule 1
Berger : Voir Ocon quitter la F1 serait "vraiment dommage"

Previous article

Berger : Voir Ocon quitter la F1 serait "vraiment dommage"

Next article

Todt : La F1 pourrait être interdite si la sécurité était insuffisante

Todt : La F1 pourrait être interdite si la sécurité était insuffisante
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités