Williams a toléré la caméra "pas idéale" dans le casque de Russell

Williams a fait savoir que la caméra dans le casque de George Russell au Grand Prix d'Italie n'était "pas idéale" en raison des informations qu'elle capture mais accepte de la conserver pour le bien de la Formule 1.

Williams a toléré la caméra "pas idéale" dans le casque de Russell

Au Grand Prix de Belgique, la F1 a adopté une version de la technologie utilisée en Formule E depuis début 2020, le casque de Fernando Alonso ayant été équipé d'une caméra de 2,5 grammes produite en collaboration avec Bell Helmets pour les essais libres à Spa.

Lire aussi :

George Russell est le premier pilote à avoir utilisé la caméra en course, lors des Qualifs Sprint le samedi à Monza, où il en était équipé depuis le début du week-end. Un élément soulevait toutefois le débat : fallait-il cacher ou non le tableau de bord et les réglages du volant aux fans et surtout à la concurrence pour ne pas être désavantagé ?

Lorsque Motorsport.com lui demande si cette situation dérange Williams, le directeur de la performance, Dave Robson, répond : "Je suppose que ce n'est vraiment pas idéal de notre point de vue. Mais si les gens trouvent ça intéressant et divertissant, alors cela fait partie du sport. Ce n'est pas là que je choisirais de mettre une caméra pour nous, mais si les gens aiment cette vue, alors ça en fait partie et ça va."

Robson révèle également que Williams "a bel et bien discuté il y a quelques jours pour décider si nous l'utiliserions juste pour les deux séances d'essais libres avant de l'enlever", mais la F1 a finalement été autorisée à diffuser les images depuis le casque de Russell lors des séances qualificatives et en course. Le Britannique ajoute ne pas avoir d'objection à ce que Russell ou son coéquipier Nicholas Latifi (faisant partie des 11 pilotes avec des casques Bell en F1) soient à nouveau équipés de cette caméra lors de Grands Prix ultérieurs.

"La Formule 1 avait manifestement très envie de l'utiliser lors des séances compétitives", explique Robson. "L'installation est très bien et ne nous cause aucun problème ou désavantage, c'est purement lié à ce dont nous parlions quant à ce qui est visible sur le tableau de bord. Mais je pense que par rapport à là où nous sommes et pour le bien de la F1, ça ne nous dérange pas du tout de l'avoir. Il n'y a rien de particulier à cacher sur le tableau de bord."

Williams a une approche unique parmi les écuries de F1 avec un tableau de bord installé à l'avant du cockpit, puisque les autres équipes préfèrent l'insérer sur le volant. Il a été envisagé d'adopter le même concept mais l'écurie a décidé que ça n'en valait pas la peine. "Et il est très bien là où il est, stationnaire", souligne Robson.

"De toute façon, je ne sais pas si [les pilotes] le regardent beaucoup quand le volant est tourné, à vrai dire. On se dit qu'ils ont mieux à faire à cet endroit du virage ! C'est quelque chose que nous allons régulièrement réévaluer au moment de redessiner le volant, mais nous sommes très à l'aise avec sa position actuelle."

partages
commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux
Article précédent

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Article suivant

Newey : "Le plus grand changement de règlement depuis 1982"

Newey : "Le plus grand changement de règlement depuis 1982"
Charger les commentaires