Le départ de Russell serait "une perte énorme" pour Williams

L'écurie Williams pourrait bien perdre George Russell pour 2022 après trois ans de bons et loyaux services, un scénario qu'elle craint.

Le départ de Russell serait "une perte énorme" pour Williams

Voilà bientôt deux ans et demi que George Russell s'illustre chez Williams. Deux saisons et demie lors desquelles, s'il n'est pas parvenu à marquer le moindre point, le jeune Britannique reste invaincu en qualifications face à ses coéquipiers Robert Kubica et Nicholas Latifi en 43 Grands Prix. En six rendez-vous cette saison, il a toujours franchi le cap de la Q1 malgré une monoplace qui, à la régulière, n'est généralement pas censée y parvenir.

Or, George Russell est également un protégé de l'écurie Mercedes, où Lewis Hamilton et Valtteri Bottas seront en fin de contrat au terme de la saison 2021 – tout comme le jeune Anglais avec Williams. On ne peut exclure que la marque à l'étoile le promeuve à la place de Bottas, dont les performances actuelles sont décevantes, mais ce serait évidemment aux dépens de l'écurie Williams, qui ne tarit pas d'éloges sur son pilote.

Lire aussi :

"Depuis le premier instant où nous l'avons évalué, travailler avec lui est fantastique", déclare Dave Robson, directeur performance chez Williams. "Il était évident qu'il avait quelque chose de spécial, un talent de pilotage véritablement exceptionnel. Notre aventure avec lui a probablement été parfois frustrante mais très belle. Bien sûr, il serait une perte énorme – il est vraiment très rapide."

"Je pense que nous avons tous consacré beaucoup de temps et d'efforts à l'aider quand il en avait un peu besoin, pour le guider, et ce serait vraiment dommage de perdre ça sans vraiment en voir les bénéfices sur notre voiture. Ce serait une perte énorme, mais je ne suis pas sûr que ce soit quelque chose sur quoi j'ai énormément de contrôle. Ce serait fantastique si nous pouvions le garder, mais il faut voir comment ça va se passer."

Williams a nettement progressé depuis une saison 2019 passée en fond de grille, loin derrière la concurrence, avec une monoplace qui n'était même pas prête au début des essais hivernaux – événement qui coïncidait avec les premiers pas de Russell en Formule 1. D'après Robson, "personne dans la pitlane n'a une meilleure compréhension technique" que Russell, qui a ainsi contribué à cette progression.

"Une grande partie du mérite lui revient, à vrai dire. 2019 a été un baptême du feu incroyablement difficile, et une fois qu'il s'est fait à la situation dans laquelle nous étions, il a extrêmement bien clarifié l'ordre des problèmes qu'il fallait aborder, et sa compréhension des compromis à faire était très bonne. Ce n'est pas seulement sa contribution technique à tout ça, tout le travail qu'il fait sur le simulateur et la façon dont il guide ces designs, mais aussi la manière dont il interagit avec tout le monde, et son optimisme."

"Il a quelque chose de spécial. Quand il parle, les gens écoutent, ce qui est important – à condition qu'il parle de la bonne chose. Peut-être qu'au tout début ce n'était pas toujours le cas, mais il ne lui a pas fallu longtemps pour tout comprendre. Il a joué un rôle majeur", conclut Robson.

partages
commentaires
Seidl et Masi en désaccord sur les drapeaux jaunes
Article précédent

Seidl et Masi en désaccord sur les drapeaux jaunes

Article suivant

Red Bull recrute le pilote français Isack Hadjar

Red Bull recrute le pilote français Isack Hadjar
Charger les commentaires