La forme de Williams, conséquence des changements dans l'écurie

Le patron de Williams, Jost Capito, pense que l'amélioration récente de la forme de l'équipe n'a pas été "soudaine", mais due à des progrès continus et à des changements organisationnels récents.

La forme de Williams, conséquence des changements dans l'écurie

Après avoir marqué un seul point sur l'ensemble des saisons 2019 et 2020, Williams a récemment connu un regain de forme, enregistrant un top 10 lors de quatre des cinq dernières courses. George Russell a obtenu le premier podium de l'équipe depuis l'Azerbaïdjan en 2017 lors d'un Grand Prix de Belgique écourté par la pluie, et s'est qualifié troisième à Sotchi avant de terminer la course en 10e position.

L'ancien responsable de la compétition automobile de Volkswagen, Jost Capito, a rejoint Williams en tant que nouveau PDG au cours de l'hiver avant de prendre en charge la gestion quotidienne des opérations F1 après le départ du directeur d'équipe Simon Roberts, en juin. À son poste, il a piloté un certain nombre de changements structurels, modifiant la façon dont les différentes parties de l'équipe interagissent et travaillent les unes avec les autres.

À propos du récent regain de forme de Williams, Capito a déclaré qu'il "ne dirait pas que c'est soudain", mais que cela est dû aux modifications qui ont été apportées au sein de l'écurie. "C'est une amélioration continue de la façon de travailler. Nous avons changé notre organisation, nous avons modifié la communication, nous avons fait évoluer les responsabilités, et nous travaillons beaucoup plus en équipe."

"Nous avons également changé la stratégie, la façon dont nous abordons les courses. Nous sommes devenus un peu plus proactifs et agressifs, et pas seulement défensifs. Je pense que nous avons mis plus de fierté dans le fonctionnement, nous avons dit que nous pouvions faire des choses différentes."

"Si vous avez la neuvième voiture la plus rapide, vous pouvez essayer des choses différentes, et ne pas être toujours sur la défensive et tenter de conserver ce que vous avez, essayer quelque chose de différent que d'autres pourraient ne pas être en mesure de tester parce qu'ils sont en tête, et pour eux ce serait risqué."

"Je pense qu'à quelques reprises, nous avons pris le risque, avec le choix des pneus en fonction de la météo, et ça a marché. Je pense que cela montre que l'équipe travaille mieux globalement sur la communication. Je suis surpris de voir à quel point cela peut rendre la voiture plus rapide sans vraiment l'améliorer."

La récente moisson de points de Williams lui a permis de prendre le contrôle de la lutte pour la huitième place du championnat constructeurs. L'équipe compte désormais 16 points d'avance sur Alfa Romeo au classement, à sept courses de la fin de l'année.

Lire aussi :

Russell estime que les points de l'équipe au Grand Prix de Hongrie – sa première course dans le top 10 depuis l'Allemagne en 2019 – ont marqué une rupture pour l'équipe. "Après avoir marqué ces points en Hongrie, il y avait moins de pression sur les épaules de tout le monde, et nous pouvions nous lancer et en profiter."

"Évidemment, nous avons également eu un très bon résultat à Spa, et je pense que cela a donné un autre coup de pouce à toute l'équipe, pour dire 'Nous pouvons le faire quand tout le monde excelle et fait du bon travail'. Je pense que cela prouve que lorsque chaque membre de l'équipe se retrouve et fait sa part au mieux de ses capacités, de bonnes choses sont possibles. Donc je suis absolument heureux."

partages
commentaires
Hamilton et Russell, "le sorcier et l'apprenti sorcier" de Mercedes

Article précédent

Hamilton et Russell, "le sorcier et l'apprenti sorcier" de Mercedes

Article suivant

Sainz partira en fond de grille au GP de Turquie

Sainz partira en fond de grille au GP de Turquie
Charger les commentaires