Williams ne voulait pas produire une voiture aussi pointue

Williams a révélé que le caractère "pointu" de sa Formule 1 version 2021 n'était pas prévu dans la conception de la FW43B mais plutôt une conséquence des nouvelles règles aéro.

Williams ne voulait pas produire une voiture aussi pointue

Williams a démontré en ce début de saison avoir la capacité de jouer les accessits dans certaines conditions, mais l'équilibre de sa monoplace semble particulièrement chancelant, notamment face au vent ou aux turbulences des autres F1. Sur le plan aérodynamique, la FW43B paraît disposer d'un pic de performance élevé sur quelques pistes alors que la tendance naturelle ces dernières années dans le paddock a plutôt été de privilégier une plateforme constante sur l'ensemble des tracés.

S'exprimant à Barcelone dans le cadre du Grand Prix d'Espagne, le directeur de l'écurie de Grove, Simon Roberts, a expliqué que cette orientation technique n'était en fait pas volontaire mais simplement une caractéristique induite par la récupération de l'appui après application des changements réglementaires.

Lire aussi :

"Ce n'était pas l'approche stratégique", a-t-il reconnu. "Notre approche était simple : il y a eu des changements réglementaires et nous allions perdre de l'appui, et l'équipe a travaillé aussi dur que possible pour retrouver cet appui. Et je crois que nous ne sommes pas les seuls."

"Si vous regardez de part et d'autre de la grille sous certaines conditions, toutes les voitures sont plus sensibles que l'an passé. Notre voiture est ou n'est peut-être pas pire que d'autres mais c'est une conséquence de la réglementation et de ce que nous pouvions faire avec les pièces homologuées et le temps disponible. Ce n'était pas le projet. Ça n'aurait pas été une très bonne chose à faire."

Les qualifications semblent être l'un des points forts de la Williams, ce qu'elle a notamment prouvé, aux mains de George Russell, au GP du Portugal où le Britannique a manqué de peu la Q3. Mais, en course, les pilotes de l'écurie sont vite rentrés dans le rang. "Ce n'était pas une surprise [au Portugal]. Nous étions, j'imagine, trop optimistes, après avoir connu des qualifications fantastiques, mais le véritable rythme de la voiture n'avait pas vraiment changé."

"Les conditions étaient uniques au Portugal, et on avait vu à Imola, deux semaines avant, qu'il s'agissait de la même voiture mais qu'elle était bien plus compétitive [en course]. Je crois que nous étions déçus parce que nous avons été très optimistes mais la réalité c'est qu'en regardant les données, c'était beaucoup moins surprenant."

Lire aussi :

Roberts a expliqué que le travail de l'écurie depuis le début de saison consiste à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que la voiture soit justement moins sensible, tout en devant s'accommoder des restrictions réglementaires supplémentaires qui empêchent d'agir en profondeur.

"On fait tout ce qu'on peut. Le défi dans un premier temps pour les gars et les filles de l'usine avec ces voitures, avec la combinaison des nombreuses pièces homologuées et puis de quelques changements obligatoires sur le fond plat et les écopes de frein arrière, a été de récupérer autant de performance que possible pour essayer de rendre notre voiture compétitive."

"Les données montrent que nous avons réussi. La voiture est meilleure que l'an passé. L'inconvénient c'est qu'elle est plus sensible, et parfois c'est mis en lumière, parfois pas. C'est vraiment une combinaison de circonstances."

partages
commentaires
Red Bull ne connaîtra pas le succès avec "15 types et un bâtiment vide"
Article précédent

Red Bull ne connaîtra pas le succès avec "15 types et un bâtiment vide"

Article suivant

Domenicali : La F1 "solide" survivra à la retraite de Hamilton

Domenicali : La F1 "solide" survivra à la retraite de Hamilton
Charger les commentaires