Williams - Le budget n'est pas une contrainte pour gagner

En dépit d’un budget qui n’a rien à voir avec celui des équipes d’usine telles que Mercedes, Ferrari ou Red Bull, Williams confirme cette année son retour parmi les top teams.

Néanmoins, c’est la victoire que vise l’écurie de Grove et celle-ci n’est pas encore à l’ordre du jour pour cette saison, bien que tout soit mis en œuvre pour y parvenir lors des Grands Prix à venir. 

Alors que le dernier succès de Williams en F1 remonte à la victoire de Pastor Maldonado à Barcelone au début de la saison 2012, au volant d'une monoplace propulsée par Renault, les ambitions de l’équipe britannique sont invariablement tournées vers la plus haute marche du podium. Avec un budget très maîtrisé mais inférieur à la concurrence, sa directrice adjointe croit toujours en la possibilité d’y parvenir. 

"Je ne vois pas pourquoi [ce ne serait pas le cas]", assure Claire Williams. "La F1 n’est pas seulement une question de moteur, c’est aussi une question de châssis et de nombreux autres composants, et si vous les mettez correctement ensemble, pourquoi ne pas battre l’équipe qui vous fournit des moteurs? La F1 est cyclique, certains ont leur période au sommet, puis c'est au tour des autres, donc cela doit arriver bientôt."

Le budget n'est pas une contrainte

Bien qu’une augmentation de budget serait évidemment un argument de poids pour satisfaire les ambitions sportives, Williams estime que le niveau global de son équipe doit déjà lui permettre de viser plus haut. 

Nous ne dirions pas non à 10, 20 ou 30 millions mais nous ne les avons pas.

Claire Williams, directrice adjointe

"Le budget n’est pas la contrainte pour nous", insiste-t-elle. "Nous avons un budget sain chez Williams, nous l’avons toujours dit et nous avons toujours fait nos dépenses en fonction du budget que nous avions."

"Nous faisons un excellent travail. En étant troisième du championnat actuellement et en ayant décroché cette troisième place l’année dernière, nous avons démontré qu’une équipe n’a pas besoin d'un budget énorme. Nous travaillons au plus fort de nos capacités, avec le budget que nous avons et qui ne nous contraint pas. Nous ne dirions pas non à 10, 20 ou 30 millions [supplémentaires] mais nous ne les avons pas pour le moment, donc nous devons travailler avec le budget que nous avons."

Une année de "consolidation"

Malgré un statut retrouvé en haut de la grille, notamment après une saison 2013 de triste mémoire sur le plan sportif, Williams considère n’être qu’au début du chemin. Les années de difficulté ne sont pas encore suffisamment loin pour considérer que tout est absolument résolu et la marge de progression reste importante. 

"Nous sommes encore une équipe qui, depuis dix ans au moins, était dans le marasme et perdait son emprise quant à la façon de courir et de le faire de manière compétitive", estime Claire Williams. "Vous voyez une Williams très améliorée en piste mais, pour gagner en F1, il y a tellement de parties de l'équipe qui doivent encore progresser et de processus menant au sommet qui doivent être améliorés."

"Cette année, c’est un travail de consolidation. Pour nous battre là où nous sommes et devancer des équipes avec de plus gros budgets, nous avons fait du bon travail, mais je crois que nous savons tous qu’il y a encore du travail à faire."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Williams
Type d'article Actualités
Tags budget, claire williams, finances, économie