Williams - Nous avons battu Ferrari avec la moitié de leur budget !

La renaissance de Williams en 2014 a d'abord étonné beaucoup de monde, mais le travail de réorganisation interne et ce renouveau ont été salués de manière unanime

La renaissance de Williams en 2014 a d'abord étonné beaucoup de monde, mais le travail de réorganisation interne et ce renouveau ont été salués de manière unanime. Troisième du championnat pour la première fois depuis plus de dix ans, l'écurie de Grove a retrouvé une part de son lustre d'antan.

Cependant, la saison dernière ne constitue qu'une étape sur la route d'un team qui veut retrouver la victoire à terme. En brillant grâce à Valtteri Bottas et Felipe Massa, l'équipe sait également qu'elle sera très attendue cette année et ne pourra pas compter sur un quelconque effet de surprise. Pour confirmer sa progression, il faudra faire au moins aussi bien, ce qui ne constitue pas une mince affaire selon Pat Symonds.

"Nous avons placé la barre très haut", a rappelé le directeur technique lors du salon Autosport de Birmingham. "Nous ne sommes pas une équipe qui est en difficulté financière, mais nous ne sommes pas une équipe qui a le budget disponible dont nos concurrents disposent. C'est l'une des choses qui me donne beaucoup de plaisir dans le fait d'avoir battu Ferrari l'année dernière : ce n'est pas le fait que je suis un compétiteur, mais nous les avons battus avec la moitié de leur budget ! Mais faire mieux que troisième est probablement plus difficile que passer de neuvième à troisième."

De retour au sommet dans plusieurs domaines

La progression considérable de Williams l'an passé a souvent été expliquée par les observateurs par les performances redoutables du V6 Mercedes-Benz. Adrian Newey est le premier à penser qu'il s'agit du facteur décisif. Mais Symonds juge davantage les progrès d'ensemble et insiste sur les nombreux domaines dans lesquels l'écurie britannique a excellé.

"Ce n'est pas uniquement l'unité de puissance. En 2013 nous avions le même moteur [Renault] que ceux qui ont gagné le championnat, et nous avons terminé neuvièmes", répond-il. "Beaucoup de choses sont arrivées [en 2014]. L'unité de puissance était évidemment la plus significative, mais des choses comme le brake-by-ware, les nouvelles règles aéro, étaient plus significatives que beaucoup de gens le croyaient. Je crois que nous avons été au top avec tout cela. Notre système brake-by-ware n'a connu absolument aucun problème. Nos pilotes ne savaient même pas qu'il était là."

Pas de recette magique

Avec l'arrivée de nouvelles personnes-clés comme Rob Smedley, le travail d'équipe a énormément progressé. La promotion interne a également porté ses fruits, et Williams a su se transformer.

"Il n'y a jamais une seule recette magique. Il s'agit vraiment de tout faire fonctionner ensemble, et ce n'est pas seulement du point de vue technique, c'est aussi du point de vue opérationnel. En tant qu'équipe de course nous avons progressé considérablement durant l'hiver et au cours de l'année. Pour l'illustrer on peut parler de choses simples comme les arrêts au stand : en 2013, un arrêt au stand chez Williams était vraiment une préoccupation !"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Felipe Massa , Adrian Newey , Valtteri Bottas
Équipes Mercedes , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités