Williams : Le petit budget ne justifie pas seul le déclin

partages
commentaires
Williams : Le petit budget ne justifie pas seul le déclin
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
20 juin 2018 à 15:30

Se distinguant d'un certain type de discours entendu le long de la pitlane, Paddy Lowe, directeur technique de Williams ne se dédouane pas de la part de responsabilité du team dans ses piètres résultats actuels sur le dos du budget disponible.

Sergey Sirotkin, Williams FW41
Paddy Lowe, Williams Martini Racing
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Lance Stroll, Williams Racing
Sergey Sirotkin, Williams Racing, sur la grille
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 au stand
Marcus Ericsson, Sauber C37
Sergio Perez, Force India VJM11
Otmar Szafnauer, directeur général Force India, avec Paddy Lowe, directeur technique Williams Martini Racing Formula 1, sur la grille

En parallèle de Cyril Abiteboul, qui estime que personne n'est en mesure de remonter vers le sommet du plateau si l'équipe d'usine Renault n'en montre pas la capacité, Paddy Lowe, directeur technique de Williams, admet une certaine difficulté pour les plus petites structures à lutter avec les moyens qui sont les leurs face aux mastodontes Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Force India avait récemment expliqué, par la voix de son directeur sportif Otmar Szafnauer, à quel point les recherches et développements que sont capables d'absorber les grandes équipes sont impressionnants. Le Roumain avait fait entendre sa voix, particulièrement au moment des recherches liées au Halo et à la consommation de carburant, ayant été impressionné au cours des réunions du groupe stratégique par l'affinage des recherches et la quantité de ressources que les top teams avaient été capables de dédier en un laps de temps de quelques semaines.

La lente chute de Williams

Paddy Lowe connaît bien les moyens humains et d'infrastructures déployés par un top team en Formule 1 pour avoir mené les opérations de Mercedes entre 2013 et 2017 et accumulé les titres mondiaux, avant de rejoindre une bien plus modeste équipe Williams ne pouvant enrayer un déclin régulier depuis 2014.

Williams avait été l'un des grands gagnants de l'introduction des unités de puissance V6 turbo hybrides, en qualité de client de Mercedes-Benz. L'équipe avait conclu le championnat 2013 au troisième rang avec 320 points. Conservant cette position avec 257 unités en 2014, Williams a chuté à la cinquième place en 2015 (138 points) et s'est difficilement maintenu à ce rang en 2016 (83 points), alors que les règles techniques relativement stables mettaient l'accent sur le cycle de développement des packages et que les motoristes rivaux de Mercedes amenaient des unités de puissance de plus en plus fiables et performantes.

Cette saison, le team de Grove semble voué à parcourir un véritable chemin de croix. Dixième et dernière, l'équipe n'a inscrit que quatre points après sept manches et n'affiche pas de signe immédiat pouvant laisser penser qu'elle est en mesure de contrer la montée en puissance de Sauber, transformée en piste par l'application de Charles Leclerc.

Peu de budget, mais une responsabilité sur les résultats

"Je pense que si vous regarder le sport dans son ensemble, il y a clairement un problème", estime Lowe. "J'ai remarqué que certains magazines ont même commencé à parler de grille de Classe A et de Classe B. Je pense que c'est plutôt mauvais signe."

À l'inverse d'Abiteboul, cependant, Lowe ne rejette pas le niveau de difficulté rencontré par Williams aujourd'hui sur le simple compte d'un budget sensiblement inférieur à celui des grands. Probablement sait-il qu'il serait mal placé pour dire de telles choses lorsque Force India et Haas ont récemment montré être capables de boxer bien au-dessus de leurs moyens avec des autos bien nées ou intelligemment développées.

"C'est une frustration dans le sport dans son ensemble, mais je ne pense pas que ce soit pertinent", commente-t-il ainsi, jugeant aussi que Williams n'a tout simplement pas optimisé son propre potentiel. "Nous pouvons faire beaucoup mieux que ce que nous avons réalisé avec le matériel et les ressources à notre disposition. Ce n'est pas une explication à notre actuel manque de performance", tranche-t-il avec un sens humble de la responsabilité.

Article suivant
Trois équipes F1 ont fait des avances à Lando Norris

Article précédent

Trois équipes F1 ont fait des avances à Lando Norris

Article suivant

Honda : Red Bull n'aura pas le statut d'équipe d'usine

Honda : Red Bull n'aura pas le statut d'équipe d'usine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sergey Sirotkin , Lance Stroll Boutique
Auteur Guillaume Navarro