Williams va régler le problème "catastrophique" d'aileron arrière

partages
commentaires
Williams va régler le problème
Par : Scott Mitchell
Co-auteur: Emmanuel Touzot
14 juil. 2018 à 10:45

L'équipe Williams est confiante quant à la possibilité de régler les problèmes de décrochage brutal de l'arrière de la voiture générés par le nouvel aileron arrière qui a été installé sur la FW41 lors des essais à Silverstone.

Sergey Sirotkin, Williams FW41
Lance Stroll, Williams
Sergey Sirotkin, Williams FW41, devant Lance Stroll, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41, dans la voie des stands avant le départ
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams Racing
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41
Sergey Sirotkin, Williams FW41, dans le gravier
Sergey Sirotkin, Williams FW41

À la suite de sorties de piste de Lance Stroll et Sergey Sirotkin en qualifications, causées par des décrochages aérodynamiques au niveau du diffuseur lors de la fermeture du DRS, Williams a décidé de les faire partir des stands pour ainsi avoir la possibilité de changer leur aileron arrière et revenir à l'ancienne spécification, censée être moins performante mais ne générant aucun problème comme la nouvelle version.

Un problème que Paddy Lowe, directeur technique de l'équipe, a décrit comme "intermittent mais plutôt catastrophique."

"Dans cette situation où il s'agit vraiment d'une perte extrême d'appui aérodynamique, ce n'est pas très sécuritaire", reconnaît-il, avant d'expliquer que Williams a envisagé diverses solutions. "Bien sûr, nous aurions pu envisager de courir sans utiliser le DRS, mais ce n'est pas une manière de participer."

Cependant, cela ne poussera pas Williams à abandonner le nouvel aileron arrière, puisque l'équipe est déjà en train d'enquêter sur le moyen d'arrêter ces décrochages, comme l'assure Lowe : "Oui, je suis sûr qu'il y a un moyen d'y parvenir, que nous devons simplement comprendre."

"Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de fondamentalement mauvais avec cet aileron arrière. C'est quelque chose dans la manière dont tout a été assemblé, c'est une combinaison qui cause un étrange phénomène. Nous n'avons pas la réponse pour le moment, non. Nous voulons faire des évaluations supplémentaires."

La corrélation, clé bien connue du problème

Comme souvent, le résultat en piste provoque des résultats différents de ce qui a été simulé en usine ou en soufflerie. Ce fut le cas pour Force India et son aileron avant évolué, qui n'a pas apporté satisfaction et a été retouché pendant plus de deux mois avant de finalement prendre la piste, et cela a également concerné Williams avec cet aileron arrière pas stable qui a révélé en piste des faiblesses inconnues en conditions d'essais.
 
 

"La corrélation est un projet sans fin", poursuit Lowe. "La raison pour laquelle vous voyez des équipes rouler tout le temps avec des Tubes de Pitot, c'est juste un effort constant pour améliorer la corrélation entre les outils à l'usine et les voitures qui roulent en piste. On peut apprendre des choses maintenant qui pourraient certainement être utiles pour l'année prochaine."

La FW41 manque d'appuis et de fait, l'aileron en configuration la plus chargée a bien fonctionné à Silverstone, prouvant que Williams doit trouver de l'appui partout où elle peut. Enfin, Paddy Lowe a expliqué que l'équipe attend des évolutions lors des deux prochaines manches, en Allemagne et en Hongrie, mais qu'il n'attend "aucun résultat particulier" de celles-ci.

Avec Oleg Karpov

Prochain article Formule 1
Ocon : Le podium en 2018, "toujours mon objectif"

Article précédent

Ocon : Le podium en 2018, "toujours mon objectif"

Article suivant

La FIA peine à donner de la visibilité sur la place des rétroviseurs

La FIA peine à donner de la visibilité sur la place des rétroviseurs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sergey Sirotkin , Lance Stroll Boutique
Équipes Williams
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités