Williams et Simon Roberts : les raisons du divorce

Désormais seul à la barre de Williams, Jost Capito explique la nouvelle organisation de l'écurie, qui a rendu inévitable le départ de Simon Roberts.

Williams et Simon Roberts : les raisons du divorce

Williams a annoncé au début du mois le départ de son directeur d'écurie, Simon Roberts, qui a donc transmis le témoin à Jost Capito, ce dernier cumulant ce rôle avec celui de directeur général. Il s'agit d'une étape importante dans la restructuration de l'équipe britannique, qui a changé de propriétaire il y a un peu moins d'un an, quittant le giron familial pour passer entre les mains de Dorilton Capital.

Simon Roberts aura donc assuré la transition entre le départ de Claire Williams et la prise en main effective par Jost Capito, période durant laquelle Grove a notamment réorganisé son département technique, désormais confié au Français François-Xavier Demaison, recruté en mars dernier. En établissant une approche et une organisation différentes, il est toutefois apparu que le profil de Simon Roberts ne cadrait pas avec cette nouvelle manière de travailler.

"Lors des 100 premiers jours, j'ai fait un gros effort pour comprendre comment les équipes travaillaient", explique aujourd'hui Jost Capito. "J'ai parlé avec plus de 80 managers lors de rencontres individuelles, et je leur ai tous posé la même question. J'avais donc une bonne vision de ce que nous devions changer et de ce que nous devions conserver."

"Il est devenu évident que l'ingénierie devait être tout-en-un : ingénierie piste, design et aéro devaient ne faire qu'un. Tout devait dépendre du même directeur technique ; un directeur technique ayant déjà connu tous les postes en course automobile, ayant fait de la conception, ayant été ingénieur de course, ayant fait de la R&D. FX [Demaison] est exactement cette personne."

"Il y a le directeur technique responsable de tout ce qui est lié à la voiture, et le directeur sportif qui est chargé de tout ce qui n'est pas lié à la voiture dans l'équipe, et fait fonctionner l'écurie. Le personnel technique n'a donc pas à s'inquiéter, ils peuvent pleinement se concentrer sur la voiture et la performance."

"Les capacités qu'offre Simon ne correspondent pas à ce système. Simon a fait un travail fantastique pendant le changement d'actionnariat, pour maintenir l'équipe unie. C'est toujours une situation critique pour une écurie, il ne faut pas qu'elle s'effondre et se mette en difficulté. Il a fait un travail fantastique pour que tout le monde reste uni, et nous sommes très reconnaissants pour ça."

Lire aussi :

Williams a procédé à de nombreux changements depuis que Dorilton Capital a pris les choses en main à la fin de l'été 2020, permettant à la structure de s'extirper d'une forte incertitude économique. Recruté pour diriger les opérations, Jost Capito a déjà accompli une grosse partie du travail mais n'en a pas encore terminé, lui qui recherche encore le directeur sportif dont il a évoqué le rôle précédemment et pour lequel il a reçu de "très bonnes candidatures".

S'agira-t-il nécessairement d'un profil rompu à la Formule 1 ? "Je pense que ce n'est pas forcément nécessaire", estime-t-il. "Parfois, c'est bien d'avoir une vision de l'extérieur. J'ai vu une interview d'Andreas Seidl [directeur de McLaren] la semaine dernière, où il dit que la raison pour laquelle il peut faire ce travail est qu'il était auparavant en dehors de la Formule 1 !"

partages
commentaires
Red Bull : La victoire en France réfute les "accusations" de tricherie

Article précédent

Red Bull : La victoire en France réfute les "accusations" de tricherie

Article suivant

Abu Dhabi : un virage en banking parmi les changements

Abu Dhabi : un virage en banking parmi les changements
Charger les commentaires