Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
45 jours
09 mai
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
94 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
101 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
119 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
136 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
150 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
178 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
185 jours
12 sept.
Course dans
192 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
206 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
210 jours
10 oct.
Course dans
220 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
234 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
241 jours

Williams : sponsoring et COVID-19, les "derniers clous du cercueil"

Claire Williams se montre lucide sur les éléments qui ont conduit à la vente de l'écurie familiale l'an dernier, mais souligne les conséquences désastreuses des événements survenus début 2020.

Williams : sponsoring et COVID-19, les "derniers clous du cercueil"

Quand Claire Williams évoque les dernières années difficiles et les violentes critiques formulées à son encontre, elle assure aussi qu'elle aurait pu faire perdurer la saga familiale si elle en avait eu le temps et les moyens. Dans l'entretien qu'elle a accordée au magazine britannique The Spectator, l'ancienne directrice de l'écurie de Grove estime également qu'il y a un an encore, tout semblait encore possible. Avant que deux événements ne viennent faire s'effondrer un édifice encore trop fragile.

"Au début de l'année dernière, nous pensions avoir pris un virage", explique-t-elle. "Puis nous avons eu des problèmes avec notre sponsor titre, ce qui a amputé notre budget de beaucoup d'argent. Et ensuite la pandémie a frappé. Nous venions de traverser ces deux années très difficiles, nous pensions avoir pris le bon tournant, ramené l'équipe là où nous voulions qu'elle soit, avec le sentiment de progresser. Nous étions une seconde voire une seconde et demie plus rapides sur de nombreux circuits [en 2020 par rapport à 2019] grâce à un énorme travail, ce qui montre que nous franchissions les étapes. Mais il y a eu ces deux derniers clous plantés dans le cercueil."

Lire aussi :

"Sur le plan familial, nous sommes arrivés au bout du chemin en 2020. Nous devions abandonner et laisser faire des gens capables d'investir, car ils ont l'argent et ils n'ont pas besoin de rechercher du sponsoring ou je ne sais quoi d'autre. Ils peuvent gagner du temps pour gravir les échelons de la Formule 1."

Le cercle vicieux du fond de grille

Claire Williams, directrice adjointe, Williams Racing

Avant de subir les effets du retrait de son sponsor titre ROKiT puis ceux dévastateurs de la crise du coronavirus, Williams estime avoir payé le prix d'une F1 devenue techniquement de plus en plus complexe tout en ouvrant la porte à des possibilités qui n'ont jamais été sérieusement envisagées à Grove, où le statut d'équipe indépendante aura été chéri jusqu'à la vente de l'écurie survenue à l'été 2020.

"Les meilleurs de la grille dépensaient un demi-milliard face à notre budget de 120 [millions]", précise Claire Williams. "Ce n'est tout simplement pas équitable dès le départ, donc c'est très difficile d'essayer de lutter. Quand on est dans cette situation, c'est difficile de reprendre du terrain. Nous avons aussi eu d'autres difficultés internes avec le personnel. Nous nous battions contre toutes ces règles très techniques, très complexes, et qui le devenaient de plus en plus d'une saison à l'autre au point de ne plus y faire face chez Williams."

"Le nombre de pièces listées, qui sont les pièces qu'il faut fabriquer soi-même et qui font de vous une écurie indépendante, a considérablement diminué. D'autres équipes qui étaient en F1 depuis moins longtemps que nous et qui n'avaient pas de ressources ont pu acheter ces pièces auprès d'écuries mieux placées sur la grille, ce qui les a rendues efficaces beaucoup plus rapidement, quasiment en raccourcissant le processus."

"Toutes ces choses se sont liguées contre nous et ont envoyé Williams en fond de grille. Et une fois que l'on y est, on reçoit moins de primes, il y a moins d'intérêt des sponsors, le budget est de plus en plus réduit, et on ne peut pas dépenser pour s'en sortir. Et en Formule 1, si l'on est en difficulté, il faut pouvoir dépenser pour s'en sortir."

partages
commentaires
Fisichella : Un remplacement F1 raté mais une seconde carrière Ferrari

Article précédent

Fisichella : Un remplacement F1 raté mais une seconde carrière Ferrari

Article suivant

Hamilton : Si j'étais resté chez McLaren, je n'aurais qu'un titre

Hamilton : Si j'étais resté chez McLaren, je n'aurais qu'un titre
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams Racing
Auteur Basile Davoine