Toto Wolff dans le viseur pour un possible délit d'initié ?

Le directeur de Mercedes en F1, Toto Wolff, serait dans le viseur d'autorités boursières européennes au sujet de sa prise de participation dans Aston Martin et d'un possible délit d'initié.

Toto Wolff dans le viseur pour un possible délit d'initié ?

L'information a été révélée par Le Journal de Montréal ce lundi. BaFin, l'autorité de régulation financière allemande, semble s'être intéressée de près, en fin d'année dernière, à l'achat d'actions Aston Martin par Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, avec de potentiels soupçons de délit d'initié.

Le délit d'initié est une infraction qui consiste en l'utilisation par un investisseur d'informations confidentielles et dont les autres investisseurs potentiels ne disposent pas, souvent pour obtenir des avantages illicites dans le cadre d'opérations financières. Le dossier allemand aurait depuis été transféré au Financial Conduct Authority, en Grande-Bretagne, compétent car les actions Aston Martin sont cotées à la Bourse de Londres.

Dans le détail, c'est l'acquisition en avril 2020 par Wolff d'une participation à hauteur de 0,95% dans le constructeur britannique, révélée à l'époque par Motorsport.com, pour un montant non divulgué, qui serait dans le viseur des autorités boursières. En effet, quelques mois après cette opération, en octobre 2020, Mercedes avait annoncé une prise de participation supplémentaire dans la compagnie en l'échange de l'accès à un certain nombre de technologies. Entretemps, en mai 2020, Tobias Moers, jusqu'alors responsable d'AMG, la division sportive de la marque allemande, avait été nommé PDG de la marque de prestige.

Lire aussi :

Les deux annonces ont eu pour effet de faire monter la valeur d'Aston Martin sur les marchés après des années de déclin. Le Journal de Montréal indique que depuis le 17 avril 2020, le titre a connu une hausse de 60% de sa valeur, estimant que les parts détenues par Wolff représenteraient aujourd'hui environ 24 millions d'euros (36 millions de dollars canadiens).

Bien entendu, les éventuelles suites à ces investigations dépendront des informations que pouvait potentiellement avoir Toto Wolff en sa possession ou pas au moment de sa prise de participation et de leur preuve le cas échéant.

Interrogé par Le Journal de Montréal, l'écurie Mercedes a en tout cas battu en brèche la possibilité que l'Autrichien ait pu savoir à l'avance pour la nomination de Moers et pour l'investissement futur dans Aston, indiquant par ailleurs : "Nous ne sommes au courant d’aucune action du genre. Toutes les divulgations nécessaires ont été faites aux autorités financières britanniques au moment approprié", a expliqué un porte-parole de l'équipe, ajoutant par la suite : "Toto a investi dans Aston Martin parce qu’il croit à la marque, au produit et à son potentiel de croissance."

Aucun commentaire n'a été fait par les autorités boursières en question, ni par Aston Martin ou l'entourage de Lawrence Stroll, le président du constructeur, dont Toto Wolff est un proche.

partages
commentaires
Wolff : Ne plus dominer a libéré Mercedes

Article précédent

Wolff : Ne plus dominer a libéré Mercedes

Article suivant

Pourquoi Verstappen fait entrer "un nouvel Hamilton" dans la danse

Pourquoi Verstappen fait entrer "un nouvel Hamilton" dans la danse
Charger les commentaires