Wolff espère que la F1 saura gérer les "répercussions" de Djeddah

Toto Wolff veut faire confiance à "l'autorégulation" de tous les acteurs pour le Grand Prix décisif d'Abu Dhabi, sans quoi la F1 pourrait selon lui se retrouver dans "une situation difficile".

Wolff espère que la F1 saura gérer les "répercussions" de Djeddah

Ce lundi, la F1 se réveille probablement encore sous le coup d'un Grand Prix animé plus que de raison, à Djeddah, et ouvre une semaine qui verra se conclure l'intense duel opposant Max Verstappen à Lewis Hamilton. Les incidents ont été nombreux lors du Grand Prix d'Arabie saoudite et, sportivement, voici les deux prétendants au titre à égalité de points avant la dernière manche de la saison, ce week-end à Abu Dhabi.

Sur le tracé saoudien, Max Verstappen et Lewis Hamilton se sont retrouvés à plusieurs reprises roue contre roue, le Néerlandais étant sanctionné à trois reprises au total : en perdant sa place lors du dernier restart en raison d'un incident lors de l'envol précédent, en écopant de cinq secondes de pénalité pour une manœuvre hors piste, et enfin en étant pénalisé de dix secondes supplémentaires pour "pilotage erratique" ayant entraîné un accrochage avec le Britannique.

Les polémiques n'ont donc pas manqué, Red Bull critiquant les décisions de la direction de course et des commissaires tandis que Lewis Hamilton a déploré un pilotage qui "dépasse la limite" chez son adversaire. Si l'on doutait encore que ce soit possible, la tension est donc montée d'un cran supplémentaire avant le dénouement. Toto Wolff, lui, espère désormais que la F1 saura gérer la situation et compte sur la responsabilité de tous.

"J'espère que la course d'aujourd'hui aura suffisamment de répercussions pour que tout le monde en tire des leçons et s'adapte pour la dernière course à Abu Dhabi", souligne le directeur de Mercedes. "Je pense qu'un pilotage similaire, s'il était considéré par les commissaires comme dépassant les limites, serait également pénalisé à Abu Dhabi, et ça pourrait bien se terminer par une situation difficile pour tout le monde. Et je ne crois pas que ce championnat mérite un résultat qui soit influencé par un accrochage. Dans ce cas de figure, je fais énormément confiance au système d'autorégulation."

Toto Wolff apparaît partagé entre cette confiance qu'il affiche envers la bonne tenue de tous les acteurs et la crainte d'une situation qui échapperait aux instances. Il reste convaincu, à ce titre, que l'incident survenu au Grand Prix de São Paulo et qui n'avait pas entraîné d'enquête des commissaires pourrait peser dans la balance.

"Vous savez qu'au Brésil, j'ai dit que nous avions créé un précédent, que si ça ne faisait pas l'objet d'une enquête, ça pourrait très mal finir pour le championnat", insiste-t-il. "On a vu des incidents aujourd'hui [dimanche] qui ressemblaient beaucoup à celui du Brésil, avec des vitesses plus lentes. Nous ne voulons pas que ça se produise à Abu Dhabi. La voiture la plus rapide avec le pilote le plus rapide devrait remporter le championnat, et pas en se mettant l'un et l'autre dehors."

Lire aussi :

partages
commentaires
Horner : La course de Djeddah montre que Whiting "manque" à la F1
Article précédent

Horner : La course de Djeddah montre que Whiting "manque" à la F1

Article suivant

"Souk", "marché", "offre" : la surprenante négociation radio à Djeddah

"Souk", "marché", "offre" : la surprenante négociation radio à Djeddah
Charger les commentaires