Wolff sur le cas Vettel : La FIA risquait d'ouvrir la boîte de Pandore

Le directeur de Mercedes, Toto Wolff, pense que la FIA risquait d'ouvrir une "boîte de Pandore" si la requête de révision de Ferrari au sujet de la pénalité infligée à Vettel au Canada avait été acceptée.

Wolff sur le cas Vettel : La FIA risquait d'ouvrir la boîte de Pandore

Vendredi, les commissaires de Montréal se sont de nouveau réunis au Paul Ricard et ont étudié les preuves que Ferrari avait apportées dans son espoir de faire rouvrir le dossier du Grand Prix du Canada en s'appuyant sur le Code sportif. Les commissaires ont analysé ce qu'avait amené l'équipe italienne et décidé qu'il n'y avait "pas d'éléments significatifs et pertinents" et que la requête était donc rejetée.

Pour Toto Wolff, si la révision avait été accordée, cela aurait encouragé les équipes à revenir sur des décisions similaires lors de fautes en piste à l'avenir. "Je pense que l'incident lui-même a créé des visions opposées", a déclaré l'Autrichien. "Et comme pour beaucoup de sujets aujourd'hui, il faut respecter le fait qu'il y ait différentes opinions. Et même si vous regardez cela d'un point de vue objectif, il y a des gens neutres avec des visions totalement opposées de l'incident. Regardez le Brexit !" 

Lire aussi:

"Je respecte Ferrari et leurs décisions. Je ressens − et je ne dis pas cela car nous avons bénéficié de cet incident − qu'il est vraiment important pour le sport que l'on soutienne les commissaires et qu'on leur donne autorité. Nous avons besoin d'une application solide du règlement, et nous avons besoin de décisions cohérentes en piste."

"Et ces gars sont dans une situation très difficile, car ils doivent prendre des décisions qui ne sont parfois pas triviales, et je pense que nous devons soutenir ce processus. Et il y avait un risque d'ouvrir la boîte de Pandore, en faisant des révisions de pénalités infligées en course une norme."

Wolff poursuit et admet que les règles devraient être revues pour permettre aux pilotes de se battre plus durement en piste : "Le compétiteur en moi souhaiterait qu'on ait des luttes plus intenses qui finiraient parfois en collision. Il y a des exemples en sport auto actuellement, comme la Formule E, où ça va trop loin." 

Lire aussi:

"Mais d'un autre côté, ces règles ont été mises en place parce que des accidents se produisaient, et je pense que la FIA et nous, les équipes et les pilotes, devons aussi considérer les possibles conséquences de ces luttes plus rudes qui pourraient blesser certaines personnes. Je pense que nous devons étudier le règlement et se demander s'il peut être simplifié. Sommes nous préparés à relâcher un peu certaines règles qui empêchent de se battre davantage, et jusqu'où devons-nous aller ? Regardons cela pour 2021, cela pourrait arranger un peu les choses."

partages
commentaires
Renault va considérer ses options 2020 au-delà de Hülkenberg

Article précédent

Renault va considérer ses options 2020 au-delà de Hülkenberg

Article suivant

McLaren : Alonso ne représente pas le futur de l'équipe F1

McLaren : Alonso ne représente pas le futur de l'équipe F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes , Ferrari Races
Auteur Adam Cooper