Wolff dénonce les "absurdités" autour du salaire de Lewis Hamilton

partages
commentaires
Wolff dénonce les "absurdités" autour du salaire de Lewis Hamilton
Par :
5 juil. 2020 à 07:07

Le directeur de Mercedes s'est agacé des rumeurs infondées autour de la prolongation de contrat du sextuple Champion du monde.

Toto Wolff a dénoncé samedi soir les "absurdités" qui circulent autour des négociations contractuelles de Lewis Hamilton chez Mercedes. Des négociations qui n'existent pas puisqu'elles n'ont pas débuté selon le directeur de l'écurie. Vendredi, la presse britannique évoquait des exigences supérieures à 40 millions d'euros de la part de sextuple Champion du monde et assurait que son équipe avait fixé la limite envisageable pour 2021 à 50% de cette somme. 

"Toutes les choses qui sortent au sujet de négociations de contrat, disant qu'il exige un salaire hilarant ou que je dis que ce ne sera que la moitié… tout est inventé", s'agace Toto Wolff. "Nous n'avons pas eu une seule discussion sur l'argent. C'est parfois bizarre de lire ces choses-là dans la presse alors que l'on sait que ce sont des absurdités."

Lire aussi :

Hamilton – comme son coéquipier Valtteri Bottas – est en fin de contrat chez Mercedes et doit négocier un nouvel accord pour rester dans l'écurie Championne du monde au-delà de 2020. Selon Toto Wolff, trouver un terrain d'entente se fera en bonne intelligence. "Lewis est parfaitement conscient des réalités financières dans l'industrie automobile et en Formule 1, tout comme je suis très respectueux de ce qu'il a accompli et de son rang", souligne-t-il. "Cela va donc conduire, je pense, à une issue satisfaisante pour nous tous."

La question des salaires des pilotes devient épineuse, dans un contexte où Ferrari a décidé de ne pas prolonger l'aventure avec Sebastian Vettel en avançant ouvertement le changement de paysage provoqué par la crise du coronavirus. S'ajoute à cela l'introduction du plafonnement budgétaire en 2021 qui, même s'il n'englobe pas les émoluments des pilotes, aura une incidence à terme sur la question. Par ailleurs, l'Association des pilotes de Grand Prix (GPDA) a elle-même soulevé le problème si l'on en croit Romain Grosjean. Celui-ci a fait connaître sa position : "Oui, je trouve inadmissible que Lewis Hamilton gagne plus de 40 millions et que d'autres pilotes gagnent 150 000 € par année pour faire le même travail".

Pour Toto Wolff, tout est question d'équilibre à trouver mais aussi de cohérence à avoir pour aller vers une réduction des salaires sans tomber dans la démagogie.

"Le plafonnement des salaires est quelque chose que nous avons soutenu, je crois que c'est similaire dans les ligues américaines", précise l'Autrichien. "Si vous plafonnez l'équipe à 145 millions, à un certain stade il faut également plafonner les salaires élevés. Mais je ne crois pas que nous devrions perdre les superstars d'aujourd'hui, et ce que nous avons proposé, c'est une introduction progressive à partir de 2024 pour que les futures générations de pilotes arrivent à un niveau plus raisonnable, sachant que nous avons un plafonnement budgétaire dans l'équipe."

"C'est toujours mon opinion. Je crois que ce serait bien pour la F1. Les pilotes doivent être source d'inspiration, et comme on le voit aux États-Unis, les joueurs de football et de basket le sont. Je crois qu'ils méritent des salaires élevés, car ce sont des superstars mondiales et ils sont les meilleurs de leur discipline. Je ne crois pas qu'il faut un ratio entre le salaire d'un individu et le plafonnement budgétaire d'une équipe, cela crée une controverse qui n'est pas nécessaire."

La grille de départ du GP d'Autriche

Article précédent

La grille de départ du GP d'Autriche

Article suivant

La régression de Ferrari rouvre les questions sur son moteur

La régression de Ferrari rouvre les questions sur son moteur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Basile Davoine