Wolff : L'hostilité entre Hamilton et Rosberg n'a pas été anticipée

Pour Toto Wolff, Mercedes n'a pas anticipé l'hostilité qui a éclaté entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg, alimentée par un contexte historique "qu'aucun d'entre nous ne connaissait et ne connaîtra jamais".

Wolff : L'hostilité entre Hamilton et Rosberg n'a pas été anticipée

Même si d'aucuns sont prêts à s'enthousiasmer pour la lutte entre Lewis Hamilton et Max Verstappen qui pourrait constituer le duel de premier plan de la saison 2021 de F1, la dernière grande rivalité de la discipline reine reste celle entre le Britannique et Nico Rosberg chez Mercedes entre 2014 et 2016. Beaucoup des ingrédients d'une lutte historique avaient été réunis et, même si à l'époque les avis étaient partagés, nombreux sont les observateurs et les fans à la regretter.

Parmi ces éléments, le fait que cette amitié d'enfance tourne progressivement, à mesure que les enjeux devenaient de plus en plus élevés, en une inimitié patente. La rivalité devenue hostilité a été agrémentée d'épisodes fameux, dont des accrochages en Belgique en 2014, en Espagne ou en Autriche en 2016. Elle culmina au GP d'Abu Dhabi 2016 où Hamilton utilisa sa seule arme licite pour essayer de priver Rosberg du titre : celle d'un rythme volontairement lent pour tenter de mettre la Mercedes #6 à la merci des adversaires venus de derrière.

Lire aussi :

Malgré tout titré, l'Allemand avait alors surpris son monde en prenant sa retraite, mettant fin à ce combat qui semblait devoir se poursuivre entre deux Champions du monde en 2017. S'exprimant dans un épisode de High Performance Podcast, de Jake Humphrey, Toto Wolff, directeur de l'écurie Mercedes à l'époque et qui l'est toujours aujourd'hui, est revenu sur cette lutte.

"Je ne suis pas sûr que cela permette de tirer le meilleur des deux, parce que c'est de la négativité, et il faut toujours avoir l'esprit d'équipe", a déclaré l'Autrichien. "Si la salle de débriefing est pleine de négativité, parce que les deux pilotes sont hostiles l'un envers l'autre, alors cela se répercute sur l'énergie dans la pièce, et ça, je ne le permettrai plus jamais."

Wolff a également expliqué qu'il n'a jamais su sur quoi reposaient les tensions entre Hamilton et Rosberg en dehors des questions sportives. "Je ne pouvais pas changer ça, car les pilotes ont été engagés avant mon arrivée. Personne ne s'est réellement demandé quelle était la dynamique entre eux deux ? Quel était le passé entre eux deux ? Il y avait beaucoup de contexte historique qu'aucun d'entre nous ne connaissait, et ne connaîtra jamais."

"C'est pourquoi c'est quelque chose que nous examinons, comment les pilotes travaillent l'un avec l'autre, ce qui se passe en cas d'échec de l'un et de l'autre. Nous acceptons les désagréments et la douleur si cela va à l'encontre de l'un des deux, mais nous essayons toujours de garder la dynamique positive dans l'équipe."

"La prochaine fois, vous penserez à Mercedes"

En dépit de la difficulté de la tâche alors que la tension montait de course en course, Wolff s'est employé à travailler pour créer un environnement dans lequel l'équipe et son image restaient au centre des préoccupations. "C'était très difficile, parce que je suis arrivé dans l'équipe en tant que nouveau venu en Formule 1, et Nico et Lewis étaient dans le sport depuis beaucoup plus longtemps."

"Mais malgré tout, j'ai pu créer un environnement où ils devaient respecter l'équipe, parfois d'une main de fer, et ils ont compris qu'ils ne pouvaient pas nous laisser tomber, qu'ils ne pouvaient pas laisser Mercedes tomber. Lors des événements de [Hongrie et Belgique] 2014, j'ai senti qu'il y avait un certain comportement égoïste. J'ai dit : 'La prochaine fois que vous vous approcherez de l'autre voiture, de votre coéquipier, vous penserez à la marque Mercedes. Vous penserez à chaque personne de l'équipe."

"Vous penserez à Dieter Zetsche, le PDG de Mercedes. Cela va changer votre façon d'agir. Vous n'allez pas mettre votre coéquipier dans le mur'. J'ai toujours été clair : si cela devait se produire régulièrement et qu'il y avait une tendance, je n'ai aucune crainte à faire manquer des courses à quelqu'un."

partages
commentaires
Un jour, Porsche a gagné en F1... connaissez-vous la 804 ?

Article précédent

Un jour, Porsche a gagné en F1... connaissez-vous la 804 ?

Article suivant

Tost "certain" que Tsunoda sera Champion du monde

Tost "certain" que Tsunoda sera Champion du monde
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nico Rosberg , Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Auteur Fabien Gaillard