Wolff craint des pilotes "plus sales" après la décision sur Verstappen

Pour le directeur de Mercedes, la décision finale prise sur le cas de l'incident entre Max Verstappen et Lewis Hamilton à Interlagos risque de produire un pilotage plus sale.

L'affaire sur l'incident du 48e tour du Grand Prix de São Paulo entre Max Verstappen et Lewis Hamilton a connu son épilogue au Qatar, quand les commissaires ont annoncé qu'ils n'ouvriraient pas d'enquête, en dépit des nouveaux éléments apportés par Mercedes dans son recours en révision. Toutefois, la polémique sur les problèmes de fond posés par ce qui s'est passé à Interlagos n'est pas vraiment éteinte.

En effet, face à une action qui paraît contredire certaines règles, mais aussi des interprétations et décisions récentes sur ce qui est permis ou non en piste, nombreux sont les pilotes qui se sont étonnés de cette situation et surtout qui ont fait part de leur incertitude quant à ce que les commissaires pourraient ou non permettre lors des batailles en piste désormais.

Et la réunion entre Michael Masi, le directeur de course de la FIA, et l'ensemble des pilotes le vendredi soir du GP du Qatar n'a pas vraiment été de nature à rassurer, puisqu'alors que beaucoup de pilotes attendaient une clarification nette, ce n'est visiblement pas ce qu'ils ont trouvé. Lewis Hamilton a déclaré qu'avait été mise en avant la possibilité qu'une même action soit jugée différemment, notamment parce que les commissaires ne seront pas les mêmes d'une course à l'autre.

La principale interrogation réside dans l'application de la doctrine "let them race", et si le fait d'obliger un pilote à sortir de piste en retardant son freinage puis en sortant soi-même pouvait être une manœuvre acceptable pour tout pilote et à tout moment. Toto Wolff, le directeur de Mercedes, qui a expliqué qu'il ne s'attendait pas à un retournement de situation au moment où le recours en révision a été déposé par son écurie, s'est montré inquiet du précédent qui pourrait avoir été créé à Interlagos.

Lewis Hamilton et Max Verstappen au GP de São Paulo

Lewis Hamilton et Max Verstappen au GP de São Paulo

"Je pense que c'est une issue très surprenante, car peu importe la façon dont le Brésil a été jugé, je pense que de l'eau a coulé sous les ponts", a déclaré Wolff à Sky Sports. "À mon avis, ce que cela signifie, c'est que vous pouvez vous lancer dans un virage et entraîner l'autre voiture hors de la piste. Et cela peut évidemment conduire à un pilotage plus sale à l'avenir. Nous ne voulons pas avoir une situation désordonnée en Arabie saoudite et à Abu Dhabi, parce que ce serait vraiment mauvais."

Au Qatar, aucun pilote n'a semblé franchir les limites dans le domaine en course, les défenses et attaques se faisant toujours dans les limites de piste, même si certaines luttes ont flirté avec celles-ci, à l'image des passes d'armes entre Sergio Pérez et les Alpine.

Pour Wolff, en tout cas, l'épisode du Brésil a démontré que les pilotes étaient aussi surpris qu'une partie du public sur la position adoptée et le manque de clarté affiché par les instances sur la manière de composer avec ces situations. "Je pense que tous les pilotes qui se sont exprimés ont dit que c'était une décision qui les avait également surpris. Il est évident que vous devez adapter votre style de pilotage à la nouvelle situation, mais cela reste une surprise pour tous ceux qui sont dans la voiture et pour nous aussi."

Lire aussi :

partages
commentaires
Hamilton : "Il faut être très méfiant" face à Verstappen
Article précédent

Hamilton : "Il faut être très méfiant" face à Verstappen

Article suivant

Le déficit de Red Bull sur Mercedes lié à un seul virage au Qatar ?

Le déficit de Red Bull sur Mercedes lié à un seul virage au Qatar ?
Charger les commentaires