Les radios entre équipes et Michael Masi sont allées "trop loin"

Le patron de Mercedes, Toto Wolff, est d'accord pour dire que les directeurs d'équipe de Formule 1 ne devraient pas être autorisés à communiquer par radio avec le directeur de course de la FIA.

Les radios entre équipes et Michael Masi sont allées "trop loin"

Traditionnellement, le directeur sportif est le seul point de contact radio entre le muret des stands et la direction de course en cas de besoin de communication pendant les GP. Cette année, la F1 et la FIA ont convenu de diffuser pour la première fois certaines conversations entre les équipes et Michael Masi afin de donner aux fans un aperçu supplémentaire des coulisses.

Au fil de la saison, Toto Wolff et Christian Horner, les responsables des écuries Mercedes et Red Bull Racing, ont parfois pris le relais de leurs directeurs sportifs respectifs, Ron Meadows et Jonathan Wheatley, et ont utilisé le canal de communication pour tenter d'influencer les décisions de la direction de course, et tous deux ont été actifs dans les derniers instants du GP d'Abu Dhabi.

Horner a demandé que les voitures positionnées devant Max Verstappen soient autorisées à se dédoubler, ce qui a été fait uniquement pour elles au mépris de l'article 48.12, tandis que Wolff a clairement exprimé ses sentiments après cette décision controversée, après avoir demandé plus tôt en course à ce qu'il n'y ait pas de voiture de sécurité lorsqu' Antonio Giovinazzi s'est arrêté hors piste.

Après la course, le directeur général de la F1, Ross Brawn, a suggéré que les patrons d'équipe ne devraient plus être autorisés à utiliser le canal de la direction de course. "Je suis d'accord avec Ross", a répondu Wolff lorsque Motorsport.com lui a demandé s'il partageait le même point de vue. "Mais je blâme également Ross et moi-même parce que nous avons participé à la prise de décision de diffuser davantage de canaux dans un but de transparence et de divertissement pour les fans."

"Il y a tellement de choses qui se passent dans les communications que donner aux fans un aperçu de tous les petits événements qui se produisent, comme la voiture qui tombe en panne, les discussions sur la stratégie, tout cela partait d'une bonne intention. Mais je pense que nous sommes allés trop loin."

"Je dois m'en prendre à moi-même, et à Christian. On nous a donné l'opportunité de parler directement au directeur de course, et parce que nous nous battons si férocement pour les intérêts de nos équipes, nous sommes tous allés trop loin. Cela a certainement fait partie des échecs de cette année que, sous la pression des directeurs d'équipe, la vie du directeur de course n'a pas été rendue plus facile, certainement."

Michael Masi, directeur de course

Michael Masi, directeur de course

Wolff a suggéré que non seulement les directeurs d'équipe devraient être interdits de parler au directeur de course, mais qu'il devrait également y avoir des limites sur ce que les directeurs sportifs peuvent faire.

"Nous devons revenir en arrière", a-t-il déclaré. "Je pense que les directeurs d'équipe ne devraient pas parler directement au directeur de course, ce devrait être les directeurs sportifs. Je vais aller plus loin et dire que je ne pense pas que les directeurs sportifs devraient faire pression sur le directeur de course ou exercer des pressions. Ils devraient signaler des situations que le directeur de course ou ses collègues n'ont peut-être pas repérées, mais pas de lobbying, pas de pression."

Lire aussi :
partages
commentaires
Rosberg : Hamilton privé du titre de façon "non conforme au règlement"
Article précédent

Rosberg : Hamilton privé du titre de façon "non conforme au règlement"

Article suivant

Les Formule 1 les plus victorieuses de l'Histoire

Les Formule 1 les plus victorieuses de l'Histoire
Charger les commentaires