Zak Brown : “Nous devons rendre la F1 plus accessible aux fans”

Lors du week-end du Grand Prix du Canada à Montréal, Motorsport.com a discuté avec Zak Brown, directeur exécutif de McLaren, de l’avenir de la Formule 1 et des soucis de son écurie.

Il est évident que le début de saison de l’écurie McLaren-Honda ne plaît à personne. Surtout pas au grand patron, d’autant que la splendide course qu’a disputée Fernando Alonso sur le circuit Gilles Villeneuve a brusquement pris fin à trois tours de l’arrivée à cause d’une nouvelle panne du moteur Honda.

"Il est incontestable que nous avons perdu du terrain et connaissons notre pire début de saison”, déclare Brown. “Cette situation est inacceptable et les choses doivent changer. Nous ne commencerons pas la saison 2018 dans la même position. Comme l’a déjà indiqué Jonathan [Neale], toutes les options sont sur la table. Nous ne prendrons pas de décision aujourd’hui, mais rapidement, au moment de la pause estivale. Nous voulons absolument revenir aux avant-postes, et nous voulons que ce soit avec Honda.”

Brown, un grand spécialiste du marketing, avoue que la situation actuelle est difficile, autant sur le plan sportif que commercial. “Au final, nous perdons beaucoup d’argent [de la FOM]. Nous avons aussi perdu des sponsors. Certains d’entre eux ont quitté la F1 tandis que d’autres sont passés chez d’autres écuries, ce qui signifie qu’ils ne sont pas satisfaits de nos résultats. Ces pertes annulent les bénéfices que procure le contrat avec Honda,” ajoute-t-il.

Je discute quotidiennement avec les dirigeants de Honda. Ils ne se cachent pas. Ils comprennent bien que la situation est difficile. Nous tentons tous de trouver des solutions et ils sont aussi frustrés que nous le sommes,” précise-t-il.

Mieux communiquer avec ses partenaires

À quoi s’est donc attaqué Brown lors de son arrivée au Technical Centre de Woking ? “Évidemment, il y avait le problème du manque de résultats en piste, puis un autre avec le département commercial et de marketing,” explique Brown à Motorsport.com. “Je n’étais pas satisfait de la façon dont McLaren racontait son histoire et communiquait avec ses partenaires. Je n’étais pas content de notre approche commerciale non plus. J’ai donc exigé des changements.”

Il poursuit : “Plus vous êtes compétitifs, plus vous attirez de partenaires commerciaux. Par contre, je crois que nos partenaires n’achètent pas que des résultats bruts. McLaren, ce sont 20 titres mondiaux, une grande entreprise de haute technologie, une présence dans plusieurs catégories de sport automobile et un acteur majeur dans l’industrie automobile. McLaren, c’est beaucoup plus qu’uniquement la F1, et selon moi, ce message n’était pas bien diffusé.”

Vers plus de Grands Prix ?

Passons à l’avenir de la F1 qui semble changer avec l’arrivée d’un nouveau propriétaire, Liberty Media. On a récemment parlé d’une augmentation du nombre de Grands Prix par saison. Quelle est son opinion sur ce sujet ?

Je crois que nous sommes actuellement au nombre maximal de Grands Prix par saison,” répond Brown. “Par contre, il est plus important de viser les bons marchés ; la qualité doit primer sur la quantité. Toutefois, s’il y a plus d’épreuves, il faudra avoir accès à plus de revenus. On ne peut pas augmenter le nombre de courses sans avoir plus d’argent [de la part du détenteur des droits commerciaux]. Par contre, verrons-nous des Grands Prix disputés sur deux jours au lieu de trois ? Je ne le sais pas. Il faut regarder tout le calendrier, et bien mesurer toutes les implications.

“Liberty a une vision stratégique pour la F1 et un investissement dans notre sport étalé sur 20 ans”, continue-t-il. “La F1 n’avait bénéficié d’aucun investissement majeur depuis plus de dix ans. Il était grandement temps que cela survienne. Auparavant, la F1 ne comptait que sur la diffusion télévisuelle, et Liberty va travailler à développer de nouvelles plateformes.”

Plaire à la jeune génération

Ce changement majeur devra évidemment plaire à la jeune génération. “Nous devons apprendre à communiquer avec les jeunes. Mes enfants adorent la F1, mais ils ne regardent pas les Grands Prix à la télé… Ils utilisent les réseaux sociaux. Les jeunes sont encore fascinés par ces bolides extraordinaires, mais la F1 est en retard sur leur mode de communication. Vous verrez bientôt des changements dans la stratégie de communication de la F1.”

Liberty Media étant une entreprise américaine, la F1 peut-elle donc apprendre certaines choses de l'IndyCar ? “Oui, surtout en ce qui a trait au contrôle des coûts de participation pour les équipes, et à l’engagements de fans. La F1 doit beaucoup plus se préoccuper de ses fans. Fernando [Alonso] a a-do-ré son expérience à Indianapolis. Il a aimé cette interaction avec les fans, car c’était amusant, agréable et une expérience toujours renouvelée. Je crois que la F1 doit rendre les pilotes plus accessibles et ouvrir un peu plus ses portes. Nous devons aussi écouter ce que disent les fans. C’est ce que font les autres sports. Les fans aiment la F1 et sont assoiffés d’information. Il suffit de leur en donner encore plus,” termine Zak Brown.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Interview
Tags zak brown