Une zone DRS modifiée à Bahreïn

Comme évoqué en marge du Grand Prix d'Australie 2018, la FIA a procédé à une modification d'une des zones DRS du circuit de Sakhir.

Après une saison 2017 déjà marquée par une baisse importante du nombre de dépassements, la saison 2018 promettait d'être dans la même veine, la faute à une réglementation ayant mis l'accent sur des monoplaces à l'aérodynamique surdéveloppée et qui peinent à se suivre suffisamment pour pouvoir passer à l'attaque.

La première manche de la saison n'a pas donné de grands espoirs pour la suite de l'exercice et ce malgré le fait que la FIA a décidé de l'instauration d'une troisième zone de DRS. Toutefois, les particularités du tracé de l'Albert Park ont rarement été propices aux dépassements multiples, avec ou sans ce dispositif.

Le circuit de Sakhir, en revanche, avec ses longues lignes droites et ses gros freinages, se prête plus à la réalisation de manœuvres. Mais l'instance régulatrice de la discipline a voulu mettre toutes les chances de son côté en procédant tout de même à une légère modification des modalités du DRS.

Ainsi, si aucune zone supplémentaire n'a été ajoutée pour ce week-end, celle de l'activation de l'aileron arrière mobile sur la ligne droite principale a été allongée de 100 mètres. Plus précisément, après la sortie du dernier virage, les pilotes verront le début de la zone DRS arriver au bout de 170 mètres contre 270 jusqu'à 2017.

Bahreïn faisait partie des trois pistes évoquées, suite à l'ajout de la zone DRS à Melbourne, où la FIA pourrait décider de procéder à des modifications. Les autres tracés qui devraient voir des changements en ce début de saison sont Bakou (quatrième GP du calendrier) et Montréal (septième GP).

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Bahreïn
Circuit Bahrain International Circuit
Type d'article Actualités
Tags drs, fia