Carlin - Pour la F2, c'est GP2 ou rien

C'est tout le paysage des formules de promotion qui a été chamboulé lorsque la FIA a révélé, au mois de janvier, son projet de raviver la Formule 2 comme principale antichambre à la Formule 1.

Après avoir établi tout un système de F4 nationales avant d'éradiquer les F3 nationales pour centraliser l'étage supérieur sur la F3 Europe, la FIA a bien l'intention de compléter son échelle vers la F1 avec le retour d'un championnat de F2.

Depuis 2005, ce sont le GP2 et la Formule Renault 3.5 qui tiennent le rôle d'antichambre à la Formule 1. Cependant, devant l'ambition de la FIA, Renault a annoncé le retrait imminent de son soutien à la FR3.5, tandis que le GP2 a fait une offre pour devenir promoteur de la nouvelle F2.

Selon Trevor Carlin, fondateur de l'écurie éponyme qui court en GP2, GP3, FR3.5 et F3 Europe entre autres, une fusion avec le GP2 est la seule façon pour le championnat de F2 d'exister à court terme.

"Rien n'a été confirmé pour le moment, donc nous ne savons pas vraiment ce qui va se passer," déclare Carlin pour Motorsport.com au sujet de la fusion F2/GP2. "Nous partons du principe que cela va se faire, et si cela ne se fait pas, pour moi, la F2 n'existera pas du tout. Le GP2 va continuer, c'est sûr, d'une façon ou d'une autre."

Les meilleurs pilotes au même endroit

La présence d'un unique championnat sous la Formule 1 est, en tout cas, vue d'un très bon œil par Carlin, qui voit là l'opportunité de confronter les pilotes les plus prometteurs. Il est vrai que l'idée de voir courir Oliver Rowland, Dean Stoneman et autres Nyck de Vries dans la même discipline que leurs pairs de GP2 est alléchante.

"D'une certaine façon, on veut vraiment que les meilleurs pilotes soient confrontés les uns aux autres," poursuit Carlin. "Et quand on a deux chemins différents vers le top, les meilleurs pilotes ne sont pas toujours confrontés les uns aux autres."

"Donc si nous avons une situation de type F2, nous aurons les meilleurs pilotes de World Series et les meilleurs pilotes de GP2 qui courent les uns contre les autres. Alors les courses seront encore meilleures et nous saurons vraiment qui est le meilleur jeune pilote."

Une situation financière plus saine pour les équipes?

Un impact négatif qu'aurait la présence d'une seule discipline avant la Formule 1 serait une aggravation du marché des transferts ; de nombreux baquets reviennent déjà à des pilotes à budget qui ne sont pas toujours les plus talentueux, et avec un championnat unique, le rapport entre l'offre et la demande pourrait mener vers des enchères écartant les pilotes les moins fortunés.

Carlin voit cependant cette situation comme une opportunité pour assainir les finances des différentes équipes, dans un contexte où certaines peinent à joindre les deux bouts.

"La course automobile, c'est cher," rappelle Carlin. "C'est difficile pour les équipes. Il y a une limite au budget que l'on peut trouver. Parfois, certaines écuries doivent accepter des accords bon marché pour survivre."

"Ce serait agréable que les équipes aient de la stabilité financière, ce qui signifie qu'à l'avenir, nous pourrons aussi aider les jeunes pilotes. Ce sera vraiment positif que tout le monde soit dans la même catégorie," conclut l'Anglais.

A propos de cet article
Séries Formule 2
Équipes Carlin
Type d'article Actualités
Tags déclaration, formules de promotion, trevor carlin