Chronique Fittipaldi - J'ai égalé Ricciardo et Magnussen

Dans sa dernière chronique pour Motorsport.com, Pietro Fittipaldi reconnaît son soulagement d'avoir repris la tête du championnat de Formule V8 3.5, malgré un nouveau meeting mitigé à Motorland Aragón.

Bien que nous ayons repris la tête du championnat, le week-end d'Aragón n'a pas vraiment été excellent. Je suis content d'avoir signé deux poles, et notre rythme était très bon, mais les problèmes de samedi en ont fait un meeting moyen au final.

On m'a dit que j'avais désormais signé autant de poles en 3.5 que Daniel Ricciardo et Kevin Magnussen, c'est très cool ! Mais en fin de compte, les poles ne donnent pas de points. Je pense que nous sommes les plus rapides depuis le début de l'année, et notre avance au championnat pourrait être bien plus grande. Pour l'instant, elle n'est que de 14 points, et il reste beaucoup de chemin à faire, donc nous devons vraiment commencer à capitaliser sur les pole positions.

Pietro Fittipaldi, Lotus

Des hauts et des bas

Je savais des essais libres que notre rythme était bon, parce qu'en pneus usés, nos chronos étaient similaires à ceux des pilotes qui avaient opté pour des gommes neuves. Et lors de la première séance qualificative, j'ai réussi à claquer un très bon tour, j'ai assemblé tous mes secteurs. Nous étions largement plus rapides que les autres, environ sept dixièmes.

Il y a eu un peu de confusion, car ma voiture a eu un problème après le drapeau à damier, donc je me suis arrêté en piste. J'ai réussi à redémarrer, mais j'ai été pénalisé et mon chrono le plus rapide a été supprimé. Heureusement, mon deuxième meilleur temps était également suffisant pour la pole, mais de peu !

La Course 1 a toutefois commencé par un nouveau problème au départ. Les départs s'étaient bien passés à Jerez, mais ici, un souci d'embrayage est réapparu en essais libres, et le point de patinage a beaucoup changé pour la course. Cela a été réparé pour la deuxième manche, et je ne veux rejeter la faute sur personne, ni même trop parler des départs. Je suis sûr que ce domaine en particulier sera bon pour le reste de la saison.

Après le départ manqué, il s'agissait juste de rester calme, car nous avions le rythme. Même avec un simple top 5, nous allions marquer suffisamment de points. J'étais sûr que nous allions être beaucoup plus rapides que tout le monde et que nous allions dépasser les pilotes un à un.

J'ai tenté une manœuvre sur Konstantin Tereschenko, qui me devançait et allait très lentement après avoir été bloqué. J'ai fait l'intérieur et il ne m'a pas vu ; il a dit aux commissaires, après la course, qu'il regardait le pilote qui était de l'autre côté. J'avais presque la voiture entière à côté de lui, et il a tourné. J'ai dû tourner aussi, et malheureusement, j'ai dû partir dans l'herbe. Je n'ai pas pu éviter l'accrochage. C'était l'abandon.

Pietro Fittipaldi, Lotus

Un bel anniversaire

En général, la Course 1 donne le ton du dimanche, donc j'ai vraiment dû tourner la page et considérer le deuxième jour de course comme un tout nouveau week-end. C'était le jour de mon 21e anniversaire, même si avec franchise, j'avais complètement oublié ça avant le début du week-end. Même ce jour-là, je n'y ai pas vraiment pensé avant de pouvoir me détendre à la fin de la course.

J'ai signé une nouvelle pole le matin, mais l'écart était un peu plus faible, environ un dixième et demi, car j'ai commis quelques erreurs. Puis j'ai pris un très bon départ en course et j'ai géré à partir de là. J'ai creusé un écart de quatre secondes avant mon arrêt au stand, mais après mon arrêt, j'ai eu du trafic pendant quelques tours, ce qui a réduit mon avantage de moitié.

L'écart est resté dans ces eaux-là, mais pour être honnête, je contrôlais la situation. Aragón est un circuit où il y a beaucoup de vent, ce qui affecte énormément les zones de freinage. On peut rentrer dans un virage et subir une énorme bourrasque de vent, avec un survirage soudain, et on manque de partir à la faute.

Il s'agissait donc de gérer. Cela ne fait pas de différence si je gagne de dix secondes ou d'une seconde, je voulais juste marquer les points – et je l'ai fait.

Pietro Fittipaldi, Lotus

Pas à pas

C'est un soulagement d'être de retour en tête du championnat, parce qu'après toutes ces courses où j'étais en pole mais où je n'ai pas marqué les points, j'étais un peu agacé que ce ne soit pas le cas. Je pense que nous méritons vraiment d'être devant, et maintenant, il est crucial de creuser l'écart – il faut réitérer nos performances qualificatives, prendre de bons départs et gagner des courses.

Il y a beaucoup d'autres pilotes qui sont proches de nous au championnat, donc nous avons d'autant plus de pression, car nous nous battons contre tout le monde pour le titre. Il est donc important de gagner toutes les courses. Si l'on finit deuxième derrière quelqu'un qui ne joue pas le titre, c'est peut-être mieux d'assurer plutôt que de prendre un risque, mais si l'on est deuxième derrière un rival pour le titre, on perd sept points précieux.

Il y a aussi un peu de pression supplémentaire parce que la prochaine était est le Nürburgring, le dernier circuit qui nous est familier avant d'aller à Austin, à Mexico et à Bahreïn. Je suis sûr que nous serons rapides : il s'agit de rester calme, de faire notre travail, de progresser et d'y aller pas à pas.

Podium : le vainqueur Pietro Fittipaldi, Lotus, le deuxième Alfonso Celis Jr., Fortec Motorsport, le troisième Egor Orudzhev, SMP Racing by AVF
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formula V8 3.5
Événement Aragon
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Pietro Fittipaldi
Équipes Charouz Racing System
Type d'article Chronique