WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
Événement terminé
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto3
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto2
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
32 jours
FIA F2
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
ELMS
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WTCR
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
13 déc.
-
15 déc.
Événement terminé

Cipriani - Zanardi était le seul à prendre ce virage à fond...

partages
commentaires
Cipriani - Zanardi était le seul à prendre ce virage à fond...
Par :
21 août 2016 à 17:25

Suite et fin de notre interview avec Giuseppe Cipriani, qui court en Formule V8 3.5 aux côtés de jeunes loups qui n'ont qu'un objectif : faire carrière en sport automobile. Mais des jeunes pilotes, il en a connu d'autres il y a 25 ans...

Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team
Giuseppe Cipriani, Durango Racing Team

Motorsport.com - À 51 ans, estimez-vous qu'on devient plus raisonnable avec l'âge ?

Giuseppe Cipriani - Je pense qu'une fois qu'on est dans la voiture, qu'on a mis son casque, il faut connaître ses limites. À l'heure actuelle, je sais que je ne suis pas assez rapide pour concurrencer ces pilotes. C'est une question d'expérience et de temps. D'ici la fin de l'année, je pense que nous allons nous rapprocher.

Et vous avez marqué des points dans les deux courses de Spa-Francorchamps !

C'était très bien ! Cela dit, nous aurions dû marquer des points au Hungaroring également, et je suis parti en tête-à-queue dans les derniers tours. Nous étions septième, je crois. Avec la pluie, c'est beaucoup plus proche d'une voiture normale. Quand il pleut et qu'il n'y a pas d'appui, c'est beaucoup plus simple de piloter et d'être compétitif.

C'est étonnant, car la plupart des pilotes trouvent ça plus difficile sous la pluie ?

Ça l'est, parce qu'on n'y voit rien ! Donc c'est beaucoup plus difficile de piloter, mais au final, c'est moins exigeant physiquement et les voitures deviennent plus ou moins normales.

À l'époque, vous avez côtoyé des pilotes célèbres : vous avez couru contre Alessandro Zanardi et Rubens Barrichello a fait partie de votre équipe, pour ne citer qu'eux… Vous rendiez-vous compte qu'ils allaient devenir de grands pilotes ?

Je pense, oui. Alessandro avait vraiment ça en lui, Rubens aussi. On le voit quand quelqu'un a quelque chose de spécial, et c'était leur cas. D'un autre côté, dix des pilotes qui courent dans cette catégorie [la Formule V8 3.5, ndlr] pourraient courir en Formule 1. Chaque course a été remportée par un pilote différent. Je pense que la compétitivité actuelle est incroyable.

Y a-t-il un moment où ces pilotes que vous avez côtoyés vous ont particulièrement impressionné ?

Je courais avec Alessandro en Formule 3. Je raconte toujours la fois où nous avons couru à Pergusa, en Sicile, et je suis sorti de piste dans une chicane rapide que je prenais en cinquième tout en freinant. Je me suis rendu compte qu'Alessandro la prenait à fond, en cinquième ! Et c'était le seul ! Il a enlevé deux roues pendant la course, parce qu'il était trop rapide (rires). Ça, c'était très spécial. C'est là que j'ai décidé qu'il allait être le pilote de mon équipe de F3000.

Vous devez garder de bons souvenirs de ces pilotes.

Bien sûr, oui. Cela fait longtemps, mais le temps passe si vite que c'est comme si c'était hier ! C'est toujours très difficile de comprendre qu'on vieillit, car le moment où je courais contre ces gars-là, c'est comme si c'était hier. Puis on les voit avec des cheveux blancs, comme moi, et là, on se rend compte !

Puis ce sera ces pilotes de Formule V8 3.5 que vous verrez avec un peu moins de cheveux !

En effet, et peut-être que je serai encore là dans 20 ans !

Vous aimeriez ?

Bien sûr. C'est une grande passion, une passion éternelle. Je ne suis pas sûr de pouvoir continuer à courir en monoplace, c'est vraiment exigeant physiquement, mais je vois beaucoup de gens qui continuent à courir en GT… nous verrons !

Article suivant
Cipriani et les formules de promotion de 1989 à 2016

Article précédent

Cipriani et les formules de promotion de 1989 à 2016

Article suivant

Marco Bonanomi fait son retour en Formule V8 3.5 !

Marco Bonanomi fait son retour en Formule V8 3.5 !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formula V8 3.5
Pilotes Giuseppe Cipriani
Équipes Durango
Auteur Benjamin Vinel