Rétro WSR - Robert Wickens, un retour réussi en FR 3.5

Épreuve reine des World Series by Renault, le championnat de Formule Renault 3.5 a vu le jour en 2005 et s’est imposé depuis comme l’une des voies d’accès privilégiées à la Formule 1.

Plus abordable financièrement que le GP2, la catégorie phare du Losange a vu quantité de jeunes pousses talentueuses affûter leurs armes avant d’effectuer le grand saut vers le pinacle du sport automobile. Dix ans plus tard, retour sur le parcours des dix pilotes sacrés dans la catégorie.

2011 - Robert Wickens

Il a battu Jean-Eric Vergne à la régulière pour devenir champion de Formule Renault 3.5 en 2011. Pourtant, Robert Wickens attend toujours de prendre le départ de son premier Grand Prix de F1 quand le Français vient de passer trois saisons chez Toro Rosso. Mais le Canadien s’en moque, il s’éclate en DTM.

Lorsqu’il entame en 2011 sa deuxième saison en 3.5 – la première remonte à 2008, déjà avec Carlin Motorsport – Robert Wickens s’est d’ores et déjà forgé un solide palmarès dans différents championnats monoplaces. Sacré en Formule BMW USA en 2006, il accéde également à la troisième marche du podium final en Champ Car Atlantic en 2007, puis termine dauphin en Formule 2 (2009) et en GP3 Series (2010).

Galerie - Toutes les photos de Robert Wickens

La couronne lui ayant échappé d’un souffle lors de ces deux dernières années, c’est donc avec un esprit de revanche que le Canadien s’attaque au second chapitre de son aventure en FR 3.5. Sa première expérience avait été récompensée par une victoire, une pole position, quatre podiums et trois meilleurs tours en course. Signe du haut niveau du plateau, ces statistiques avantageuses lui valurent cependant de n’occuper que la 12e place au championnat.

Fidèle à Carlin, avec qui il souhaite terminer le travail, le natif de Guelph, en Ontario, se retrouve confronté au Français Jean-Eric Vergne, son équipier et ex-compagnon de route au sein du programme de formation de jeunes pilotes Red Bull. Sont également présents l’Américain Alexander Rossi, l’Espagnol Albert Costa – toujours performant – et Daniel Ricciardo. L’Australien, qui fut privé du titre sur le fil l’année précédente, ne terminera pas cet exercice pour répondre au chant des sirènes de la Formule Un via un volant chez HRT. La catégorie reine, Wickens y goûte également, mais en tant que pilote de réserve du team Marussia Virgin Racing avec qui Robert dispute les essais libres du Grand Prix d’Abou Dhabi au mois de novembre.

Contact entre candidats au titre à la dernière course

En Formule Renault 3.5, il enregistre cinq victoires. C’est autant que Vergne, son plus sérieux rival, et tout se joue lors de l’ultime épreuve de la saison à Barcelone. Auteur d’une meilleure qualification, Wickens s’élance depuis le deuxième rang tandis que son coéquipier n’est que cinquième. Pourtant, les deux adversaires se retrouvent au coude-à-coude dès le premier tour, les monoplaces se touchent et Wickens doit renoncer. Envolé, le titre pour le Canadien? Pas si sûr puisque Vergne glisse dans le peloton avant qu’un second contact ne le contraigne également à l’abandon.

Avec en prime sept pole positions et quatre meilleurs tours en course, Robert est ainsi sacré. Aussi, au lendemain de sa première apparition en F1 à Yas Marina, comme ses prédécesseurs, est-il convié par Renault Sport Technologies à tester la Renault R31 dans le cadre des essais réservés aux jeunes pilotes.

Il signe ce jour-là un excellent troisième chrono et déclare : "La R31 est comme je l’attendais, un comportement parfait qui me permet de réaliser de bons temps. Je voulais terminer dans le tiercé de tête, et même si j’aurais souhaité passer sous la barre des 1’41’’ au tour, je suis satisfait de mes performances. Mais je garde la tête froide, j’ai simplement profité de cette opportunité qui m’a été offerte de travailler avec Lotus Renault GP et de tester la monoplace avec différents trains de pneumatiques Pirelli."

Départ vers le DTM

Même s’il roule de nouveau pour Marussia Virgin Racing lors de ces tests, il dit conserver les pieds sur terre. Car contrairement à beaucoup d’aspirants qui persévèrent pour figurer parmi l’élite de leur sport, Robert Wickens choisit de continuer à vivre de sa passion dans les pelotons du DTM, le très relevé championnat de Tourisme allemand.

Il y défend les couleurs de Mercedes et de l’écurie Mücke Motorsport. "C’est une catégorie fantastique, où l’on est confronté à des pilotes de première classe", justifie ce compétiteur né, passionné de tous les sports (notamment de hockey sur glace, comme tout bon Canadien qui se respecte !).

Son équipe ne disposant pas du matériel le plus compétitif, Robert fait ses classes, assimile le pilotage d’une voiture avec un toit et des portières, et s’acclimate aux courses en peloton où les contacts sont légions. Et pour faciliter cet apprentissage, il bénéficie des précieux conseils d’un certain septuple champion du monde de Formule 1… "Cet homme est une légende et tout ce qu’il dit vous aide à progresser. Ce n’est pas offert à tout le monde d’avoir Michael Schumacher comme coach et mentor."

Dès sa deuxième saison, en 2013, il intègre ainsi les rangs de la prestigieuse structure HWA. Le chemin menant au succès est lancé. Avec une première victoire sur le Nürburgring, et la seconde, l’an passé, sur le prestigieux circuit urbain du Norisring, Wickens est définitivement prêt à partir à la conquête de nouveaux lauriers.

A propos de cet article
Séries Formula V8 3.5
Pilotes Robert Wickens
Équipes Carlin
Type d'article Contenu spécial
Tags historique, retro