La réglementation sous drapeau jaune a évolué

En marge du Grand Prix de Malaisie, on apprend que la manière d'évaluer les éventuelles infractions des pilotes sous drapeau jaune a évolué depuis le début de la saison

La réglementation sous drapeau jaune a évolué

En marge du Grand Prix de Malaisie, on apprend que la manière d'évaluer les éventuelles infractions des pilotes sous drapeau jaune a évolué depuis le début de la saison.

Auparavant, un pilote pouvait être inquiété par les commissaires de courses s'il avait amélioré son chrono, ou réalisé son meilleur temps dans un secteur sous drapeau jaune. Désormais, cette méthode ne sera plus utilisée puisque le circuit peut être découpé en un total de 20 portions afin d'analyser les temps de plus près et de manière représentative.

Si l'un de ces mini-secteurs est sous drapeau jaune, les pilotes devront réduire leur vitesse d'au moins 2 dixièmes de seconde, et de 5 dixièmes de seconde s'il s'agit d'un double drapeau jaune. Ces temps seront comparés avec les précédents établis par un pilote durant la séance.

"Cela va nous donner beaucoup plus de précision en regardant les positions et les secteurs", a confié Charlie Whiting, directeur de course. "Nous pouvons désormais séparer le circuit en 20 secteurs plutôt que les trois traditionnels. Cela va nous autoriser, par exemple, à vérifier précisément qu'un pilote a ralenti de manière appropriée sous drapeau jaune, plutôt que de regarder un secteur plus grand qui ne serait pas toujours représentatif. C'est un autre outil qui a été ajouté à la panoplie des commissaires de course."

partages
commentaires
Utiliser les limites d'un tracé, un sujet sensible selon Whiting
Article précédent

Utiliser les limites d'un tracé, un sujet sensible selon Whiting

Article suivant

Ricciardo perd 10 places sur la grille à Bahreïn

Ricciardo perd 10 places sur la grille à Bahreïn
Charger les commentaires