Les essais progressent pour augmenter le bruit des moteurs

La saison suivant son court, la polémique sur le manque de bruit des nouveaux moteurs s’éteint doucement, mais elle n’est jamais bien loin pour repartir de plus belle

La saison suivant son court, la polémique sur le manque de bruit des nouveaux moteurs s’éteint doucement, mais elle n’est jamais bien loin pour repartir de plus belle. Après un premier test réalisé par Mercedes à Barcelone, en plaçant un mégaphone sur la sortie d’échappement, le travail s’est poursuivi entre les équipes et la FIA, notamment avec Ferrari.

Directeur de course, Charlie Whiting a fait le point sur les avancées, qui ont visiblement donné satisfaction. Il a notamment été prouvé que remplacer l’échappement central unique par deux échappements séparés engendrerait plus de bruit. Une solution qui pourrait alors être combinée à celle du mégaphone testée par Mercedes.

« Le bruit est une chose sur laquelle nous travaillons encore », a confirmé Whiting à Autosport. « Une solution a été testée sur un banc d’essais, en divisant l’échappement en deux. [Actuellement] nous avons un échappement central d’où sortent tous les gaz. Nous l’avions fait volontairement pour minimiser l’effet des gaz d’échappement [sur l’aérodynamique] puisque, comme vous le savez, nous avions eu beaucoup de problèmes avec le règlement et les échappements. »

« Ce qu’ils ont trouvé, c’est qu’en divisant cet échappement en deux, on obtient plus de bruit. Cela semble fonctionner, spécialement avec les mégaphones, qu’ils soient ronds ou rectangulaires. La prochaine étape est de regarder la faisabilité. »

Aux équipes de décider...

Les tests sont donc concluants, mais la mise en œuvre de cette solution n’est pas si évidente. Elle provoquerait des modifications considérables à l’arrière des monoplaces.

« Si l’on met un ou deux mégaphones à l’arrière de la voiture, il y a beaucoup d’interactions avec l’aileron arrière, le monkey seat, la structure arrière », explique Whiting. « Toutes ces choses devraient être potentiellement repensées pour mettre en place deux sorties d’échappements au lieu d’une. Ce n’est pas un travail facile. »

Après l’aspect technique, la politique va donc entrer en jeu car les équipes vont être consultées. « Je crois que la prochaine étape est de savoir si oui ou non tout le monde pense que c’est une bonne chose à faire. Voilà où nous en sommes. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Type d'article Actualités