Alonso décrit ses nombreuses tâches dans le cockpit

Piloter en F1 de nos jours ne procure pas tant de plaisir que cela, même si les sensations sont au rendez-vous

Piloter en F1 de nos jours ne procure pas tant de plaisir que cela, même si les sensations sont au rendez-vous. De l’aveu même de Fernando Alonso, il est difficile de prendre du plaisir au volant en course en raison de la quantité impressionnante de tâches à exécuter. C'est pour cette raison que le tracé à l'ancienne de Silverstone procure tant d'excitation aux pilotes F1, qui accueillent avec plaisir un tracé "de pilotes" où piloter est un plaisir!

On ne s’amuse pas en course. Il faut toujours être concentré de façon maximale sur sa tâche”, estime celui qui trouve son plaisir dans la communion avec ses nombreux fans sur les réseaux sociaux notamment.

Il faut s’hydrater, parler avec son ingénieur, changer de vitesses, ajuster le différentiel, utiliser le KERS, activer l’aileron arrière mobile, surveiller ses rétroviseurs, freiner, surveiller les chronos sur le volant... Et, de temps en temps, respirer ! Profitez-en avec tout cela!”, s'amuse Alonso, connu pour être l’un de ceux étant le plus à même d’analyser la course en temps réel au volant.

On s’amuse sur des shows ou en kart, mais pas en course, où il faut prêter attention à trop de facteurs”.

Le weekend parfait, résultant en un bon résultat apportant sa dose de plaisir, est un assemblage de paramètres nombreux, détaille le double Champion du Monde espagnol.

Les voitures, les freins, les moteurs peuvent poser problème en course, tout comme les arrêts, etc. Quand vous mettez tout correctement en place, vous avez un beau Grand Prix ! Il y a eu des contacts, et on peut finir dans le mur ou gagner”!

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso
Type d'article Actualités