Alonso : "Il n'y a rien d'inquiétant"

Au lendemain du premier Grand Prix de la saison, Fernando Alonso est revenu un peu plus longuement sur sa performance en-dessous de ses espérances et le manque de rythme affiché par la Ferrari 150° Italia

Au lendemain du premier Grand Prix de la saison, Fernando Alonso est revenu un peu plus longuement sur sa performance en-dessous de ses espérances et le manque de rythme affiché par la Ferrari 150° Italia.

L'Espagnol a commenté sa course de Melbourne sur le site officiel de la Scuderia, refusant de céder à l'inquiétude. Il a désormais l'esprit tourné vers la Malaisie et la Chine.

"Ce n'étaient pas les débuts que nous espérions tous mais il n'y a rien d'inquiétant. Je l'ai déjà dit hier soir au circuit : 12 points, ce n'est pas très loin de la moyenne du champion du monde l'an dernier. Donc, globalement, le Grand Prix d'Australie ne peut pas être qualifié de désastreux. Certes, en qualifications nous étions très loin de la Red Bull de Vettel et de la McLaren d'Hamilton, mais en course la situation s'est améliorée, peut-être pas par rapport à Sebastian mais par rapport aux autres. Le départ était décevant : si je ne m'étais pas retrouvé neuvième au début du premier tour, j'aurais été en mesure de lutter pour les deux dernières marches du podium."

"Je ne suis pas de ceux qui pensent qu'un certain degré de température ici ou là peut engendrer des changements majeurs dans les performances de la voiture sur la piste. Donc je ne suis pas d'accord avec le fait que la chaleur plus forte dimanche que samedi a joué en notre faveur. Vendredi, quand les températures étaient similaires à celles des qualifications, la voiture allait très bien. Le lendemain, dès le matin ce n'était pas bon et nous devons comprendre pourquoi en analysant soigneusement les données."

"Pour moi il n'y a pas eu de grosses surprises ce week-end, notamment parce que je ne suis pas arrivé à Melbourne avec une idée claire de la hiérarchie sur la grille. Depuis les essais, surtout cette année, il était difficile d'avoir une image réaliste de la situation. La seule surprise positive a été le comportement des pneus Pirelli qui, au moins sur l'Albert Park, ont montré moins de dégradation que ce que nous avions vu lors des essais. Nous verrons comment les choses iront en Malaisie à Sepang, sur une piste qui est très différente du circuit semi-urbain de l'Albert Park."

"Je suis resté en Australie et je vais y rester jusqu'au début de la semaine prochaine, lorsque j'aurais la tête à la Malaisie. C'est important de très bien se préparer pour les deux prochaines épreuves. Elles sont toutes les deux exigeantes du point de vue physique, en particulier Sepang où nous pilotons par des températures très élevées."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités