Alonso lucide mais pas abattu

Habitué à mener des bateaux hors de la tempête chez Renault ou Ferrari, Fernando Alonso se positionne une nouvelle fois comme meneur de troupes en ce début de saison, invitant Ferrari à se serrer les coudes et ne pas céder à la panique après une...

Habitué à mener des bateaux hors de la tempête chez Renault ou Ferrari, Fernando Alonso se positionne une nouvelle fois comme meneur de troupes en ce début de saison, invitant Ferrari à se serrer les coudes et ne pas céder à la panique après une première manche très décevante pour la Scuderia.

Nous devons travailler dur, jour et nuit, pour rattraper le retard. C’est la F1, ce n’est facile pour personne”, a ainsi averti le Double Champion du Monde.

Déterminé, Alonso admet que Ferrari est actuellement en position d’outsider, et motive ses troupes pour ne pas perdre le fil cette saison. “Nous devons demeurer concentrés, en sachant que nous sommes un petit peu derrière, mais rester calmes. Nous voyons la détermination du team, où chacun se fait confiance, et nous restons unis. Espérons que notre temps viendra”.

Alonso est obligé d’admettre que Ferrari n’est pas au niveau souhaité avec sa F2012, un total changement de philosophie mécanique par rapport à sa devancière ayant remporté un seul Grand Prix, à Silverstone.

Après 11 années en F1, on comprend que le championnat est long et ce qu’il faut faire pour avoir la meilleure auto, ainsi que ce qu’il faut lorsque l’on n’en dispose pas. Nous devons inscrire autant de points que possible lors des prochaines courses et dans quelques manches, nous voulons être sur le podium et remporter des Grand Prix. Si nous parvenons à faire cela, nous avons beaucoup de temps pour réduire l’écart. Si nous n’y parvenons pas, alors, c’est que nous n’aurons pas fait un assez bon travail”, poursuit Alonso sans tourner autour du pot.

Revenant sur l’Australie, où il a fini cinquième en remontant de la douzième place sur la grille, l'Espagnol avoue qu’un résultat similaire ne sera pas évident à décrocher à Sepang : “Michael [Schumacher] et Grosjean sont sortis, Kimi était hors de la Q1, et des incidents de course nous ont aidé à terminer 5ème. S’il pleut ou qu’il y a une course folle, nous pouvons peut-être terminer devant”.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités