Domenicali : "Alonso peut battre Schumacher"

Avec pas moins de quatre champions du monde en piste, la saison 2010 s'annonce comme un cru vraiment exceptionnel pour nous, passionnés de Formule 1

Avec pas moins de quatre champions du monde en piste, la saison 2010 s'annonce comme un cru vraiment exceptionnel pour nous, passionnés de Formule 1.

Mais ce nouveau championnat sera surtout l'occasion pour Michael Schumacher et Fernando Alonso de reprendre un duel qui en avait fait rêver plus d'un. Et Stefano Domenicali, le directeur général de la Scuderia Ferrari, pense que l'Espagnol peut battre le septuple champion du monde.

"Tout le monde s'attend à ce que Michael soit très fort bien sûr. Si Michael est décidé à relever ce défi, c'est qu'il est convaincu qu'il aura une voiture qui pourra lui donner la possibilité de montrer une nouvelle fois quel pilote il est," reconnaît l'Italien.

"L'année dernière, lorsque nous avons abordé le problème du remplacement de Felipe, nous avons pensé à lui car nous étions persuadés que Michael est un pilote extraordinaire et très fort. De ce point de vue, Fernando a tout ce qu'il faut pour le battre."

"Mais un pilote peut être le meilleur du monde, mais sans les meilleurs outils, même le meilleur du monde aura des problèmes pour gagner. Il est de notre devoir de lui donner la bonne voiture," confie-t-il.

Le retour à la compétition de Schumacher chez Mercedes a été très critiqué par les tifosis. Car il faut se rappeler que le Baron Rouge, c'est 14 ans de collaboration avec Ferrari dont 11 en tant que pilote.

Mais Domenicali voit plutôt cela comme un moyen de motivation supplémentaire pour ses troupes, même s'il reconnaît que c'est difficile de voir l'Allemand ailleurs qu'à Maranello.

"Nous avons vu que certains fans n'appréciaient pas le choix de Michael. Mais nous ne devrions pas oublier l'histoire, ce que Michael a fait avec Ferrari tout comme nous ne devrions pas oublier ce que Ferrari a fait pour Michael," explique-t-il.

"Maintenant, nous tournons la page. C'est un stimulant de plus pour nous. Nous devons montrer, ainsi qu'à Michael, que c'est l'équipe la plus forte. C'est un stimulant constructif, un grand souhait de montrer que nous pouvons gagner."

"Ça a été difficile de voir Michael avec son casque ailleurs, une certaine blessure reste toujours," avoue Domenicali.

Le directeur général de Ferrari n'aura pas à soucier que de Schumacher cette année, mais également de la relation de travail entre ses propres pilotes, Alonso et Massa. Car leur collaboration pourrait être explosive, tant les deux pilotes ont soif de victoire.

"Si par explosif vous voulez parler d'un duo de pilotes qui sont forts, agressifs, compétitifs et qui ont l'ambition de gagner, c'est l'objectif minimal que Ferrari doit avoir avec ses pilotes," précise-t-il.

"N'oubliez pas que notre caractéristique a été de toujours mettre l'intérêt de l'équipe au centre de tout. Felipe et Fernando savent tous les deux quel est notre contexte, comment ils doivent se comporter et quelles sont les règles de notre équipe."

"Lorsque vous avez de bons pilotes, vous devez les gérer, c'est vrai, mais le plus important est de leur donner une voiture qui peut permettre de gagner ou être compétitive dès le départ et en professionnels qu'ils sont, ils seront capables de l'emmener à la fin des courses dans la meilleure position possible."

"J'aborde les choses calmement. Les règles sont très claires : celui qui vient chez Ferrari sait où il travaille et apprécie la façon dont nous travaillons. Dans le cas de Felipe et de Kimi, une année un pilote était devant l'autre et la deuxième année, c'est l'inverse qui s'est produit. Il y avait donc une forme de respect," ajoute Domenicali.

"Être le plus rapide ne dépend pas seulement de soi-même, ça dépend du contexte, des courses qui se déroulent d'une certaine façon et qui vous permettent d'aborder le championnat ou de vous amener à aider votre coéquipier pour remporter le championnat."

"C'est une chose à partir de laquelle les gens de l'extérieur essaient de créer une compétition à l'intérieur de l'équipe et de nous attaquer à ce sujet, mais c'est plus rationnel et calme que ça peut paraître depuis l'extérieur."

Domenicali estime même que l'association entre Alonso et Massa a amélioré l'ambiance au sein de l'équipe : "C'est un environnement étincelant. C'est comme un jaillissement d'air frais qui apporte une nouvelle impulsion."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Michael Schumacher , Fernando Alonso
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités