Ferrari - Trop tôt pour savoir si les changements paieront

Dans une année qui a déjà pris des allures de révolution, avec le départ de Stefano Domenicali après seulement quelques Grand Prix, Ferrari continue de se réorganiser pour retrouver les sommets

Dans une année qui a déjà pris des allures de révolution, avec le départ de Stefano Domenicali après seulement quelques Grand Prix, Ferrari continue de se réorganiser pour retrouver les sommets. Arrivé à la tête de l'écurie en qualité de team principal, Marco Mattiacci a d'abord pris le temps de réaliser un audit précis de la situation. Depuis le début de l'été, l'Italien est passé au deuxième stade de sa mission en prenant des décisions clés et en s'affirmant en patron de la Scuderia.

En interne, certaines têtes sont déjà tombées, à l'image de Luca Marmorini, évincé de la direction du département moteur. Un domaine dans lequel Ferrari a manqué le virage technique par rapport à Mercedes cette année. Plus récemment, c'est Luca di Montezemolo lui-même qui a fait les frais de l'entrée de la Scuderia dans une nouvelle ère. Président depuis 1991, il a quitté ses fonctions au début du mois, laissant le PDG de Fiat Sergio Marchionne reprendre les rênes du Cheval Cabré.

"C'est encore trop tôt pour dire comment cela va fonctionner", confie Mattiacci. "De mon point de vue, j'ai été extrêmement chanceux car j'ai travaillé avec un directeur incroyable et emblématique qu'était Montezemolo, et maintenant avec Monsieur Marchionne. C'est important d'apprendre, important de discuter des sujets essentiels. Tout le monde veut ramener Ferrari au sommet."

Gagner sera la seule preuve d'efficacité

Mattiacci l'assure, il est encore trop tôt pour pouvoir juger de l'efficacité de tous les changements à la tête de Ferrari. Dans le même temps, les progrès sur la piste sont devenus réels tout au long de l'actuelle saison, même si la victoire est encore hors de portée. Ce sera le seul juge de qualité selon l'Italien, qui a toujours martelé l'ambition qui était la sienne, peu importe le temps qu'elle prendrait à se concrétiser.

"Nous avons vu une assez grande amélioration de la voiture. Nous étions presque dans le même rythme que Red Bull", a-t-il constaté après le Grand Prix de Singapour. "Néanmoins, l'objectif est de gagner, pas de rattraper les autres."

De retour chez Ferrari cette année, Kimi Räikkönen illustre lui-même les difficultés rencontrées par la Scuderia avec sa F14 T. Tout comme il symbolise les améliorations depuis quelques courses. Le Finlandais en est toutefois convaincu : les changements vont dans le bon sens en vue de 2015.

"Ferrari n'est pas un endroit où il est facile d'être quand les résultats ne sont pas bons", reconnait-il. "Mais je crois que nous avons un formidable groupe de personnes et nous avons beaucoup progressé cette année et pour les années à venir, pour faire en sorte que les choses sont bien en place pour continuer à s'améliorer jusque-là où nous devrions être. Je crois qu'il y a de bons changements et ils vont payer à l'avenir."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Kimi Räikkönen , Luca di Montezemolo
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités