Ferrari - Un travail sur la répartition de puissance pour aider Vettel et Räikkönen

Tirer des conclusions des premiers essais de Jerez serait hautement risqué, mais il est tout de même possible de dire que Ferrari a quitté l'Andalousie sur une note positive, après un important kilométrage et des chronos plaçant régulièrement une...

Tirer des conclusions des premiers essais de Jerez serait hautement risqué, mais il est tout de même possible de dire que Ferrari a quitté l'Andalousie sur une note positive, après un important kilométrage et des chronos plaçant régulièrement une auto rouge devant.

La nouvelle production de Maranello est la première réalisation du Cheval Cabré ayant été supervisée de bout en bout par le Directeur Technique James Allison, recruté de chez Lotus en fin de saison 2013. Ce dernier explique sur quels points s'est concentrée la Scuderia dans la phase de conception de la nouvelle arme maison.

"Toutes les F1 essaient de faire la même chose : placer autant de puissance possible sur la piste et disposer d'un important niveau d'appui – et pas seulement de pic d'appui, mais dans toutes une gamme de conditions de piste-", commence-t-il de manière didactique. "Ainsi, il faut des caractéristiques de suspensions qui autorisent le bon compromis entre la souplesse de la suspension contre la piste et le soutien apporté à la plateforme aérodynamique".

L'arrière des autos est clairement différent de celui des monoplaces 2014 : l'an dernier, les teams craignaient énormément les surchauffes liées à l'intégration des nouvelles unités de puissance et à leurs longs câblages véhiculant l'énergie électrique du système hybride. "Nous avons bien réussi à resserrer la carrosserie beaucoup plus étroitement des choses qui se trouvent sous l'enveloppe", estime cette fois Allison, qui savait disposer de marge de manœuvre à ce niveau pour le design 2015.

Sans maîtrise, la puissance n'est rien

Comme dans toutes les équipes, la maitrise de la puissance proposée par les V6 Turbo est une nouvelle fois la clé et Ferrari a travaillé sur la fluidité de la restitution de l'énergie dans tous les types de conditions.

Il s'agissait notamment d'uniformiser le couple et la relance pour permettre aux pilotes de trouver les bonnes sensations au volant : Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel furent deux des pilotes les plus affectés par le comportement des autos sous les nouvelles règles l'an dernier.

"Nous avons eu un certain nombre de problèmes l'an dernier avec l'unité de puissance", commente Allison. "Au départ, la répartition de la puissance n'était pas particulièrement sophistiquée. Ça a beaucoup évolué en cours de saison, mais nous avons encore fait un pas en avant".

"La quantité d'énergie électrique que nous étions en mesure de récupérer du moteur n'était pas suffisante pendant les courses. Nous avons modifié l'architecture du moteur pour en faire un meilleur compromis entre les qualifications et la course. Ensuite, c'est simple : c'est purement de la puissance en cv".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Kimi Räikkönen , Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités