Haas-Ferrari : Les dessous d'un accord gagnant-gagnant

Ferrari a annoncé avoir conclu un accord avec Haas Automation, fabriquant de machines de Conception Assistée par Ordinateur et filiale directement gérée par Gene Haas

Ferrari a annoncé avoir conclu un accord avec Haas Automation, fabriquant de machines de Conception Assistée par Ordinateur et filiale directement gérée par Gene Haas. Ce partenariat technologique ouvre la voie à une collaboration d’envergure entre la Scuderia et Haas, qui fera son entrée en Formule 1 en 2016 avec son projet d’équipe américaine.

Outre le sponsoring visible, qui se traduira par la présence du logo Haas sur les monoplaces de Maranello dès ce week-end à Silverstone, c’est la partie cachée de l’iceberg qui abrite les dessous d’un accord gagnant-gagnant.

Concrètement, Haas va fournir à Ferrari des tours 3D, fraiseuses 3D, lamineuses, et un certain nombre d’autres machines-outils essentielles à la production de pièces détachées pour une équipe de F1. Pour Ferrari, c’est une aubaine afin de profiter de nouveaux matériels, construits sur mesure en fonction de ses besoins. La quantité de pièces produites et testées pourra également être plus importante. Le tout vraisemblablement gratuitement, car la contrepartie est conséquente pour Haas Formula.

« Cela va permettre à Haas de comprendre le monde si complexe d'une usine de F1 et de calibrer ses monoplaces », explique notre consultant technique Bill Suserg. « Grâce à cet accord avec la Scuderia Ferrari, Haas va pouvoir produire et construire des machines-outils en adéquation avec les besoins en matériel de fabrication d'une écurie. Les Américains vont pouvoir comprendre les besoins spécifiques, le processus de fabrication, les demandes des ingénieurs et techniciens quant à l'utilisation et la programmation particulière de ces mêmes machines. »

En effet, le projet Haas Formula part d’une feuille blanche, avec une volonté farouche de rester basé aux Etats-Unis, où va se mettre en place l’usine F1 de l’équipe. « Après un an dans les murs Ferrari, Haas pourra profiter de ce retour d’expérience afin d'avoir un outil parfaitement adapté pour ses besoins en F1 », souligne Suserg.

Cet accord confirme aussi la probabilité désormais évidente de voir les monoplaces américaines propulsées par un bloc Ferrari en 2016. Haas avait prévenu, il ne voulait pas d’une simple fourniture moteur mais d’un véritable partenariat technologique. Il semble avoir réussi ce premier tour de force puisque Haas et Ferrari devraient fabriquer en collaboration des pièces pour la future monoplace. « Les plans et les châssis seront eux imaginés par Dallara, avec Ferrari comme consultant de choix », résume finalement Bill Suserg.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités