Le double de temps passé dans les garages à Bahreïn ?

La semaine dernière constituait la deuxième des trois sessions d'essais privés de l'intersaison

La semaine dernière constituait la deuxième des trois sessions d'essais privés de l'intersaison. Après les premiers tours de roues à Jerez, les progrès ont nettement été au rendez-vous, mais il est certain que la fiabilité est encore loin d'être acquise dans toutes les équipes.

Les nombreuses interruptions sur problème mécanique ont souvent été suivies d'un long moment passé dans le garage pour les écuries. Chez Ferrari, c'est vendredi que le temps perdu a coûté cher, avec plusieurs heures passées sans que la F14 T ne puisse prendre la piste en raison d'un problème de télémétrie.

Pour Pat Fry, directeur technique, c'est justement le temps de résolution des problèmes qui affecte le programme des équipes, plus que ces problèmes eux-mêmes.

"Les voitures sont tellement compliquées, cela prend du temps pour résoudre les problèmes", a-t-il confié. "C'est plus difficile d'avoir les pièces que vous devez changer que de changer les pièces. Je pense qu'il y a un certain niveau de familiarité que nous avions dans le passé. J'aurais pensé que ce qui nous a retardés de quatre heures aurait pris deux fois moins de temps."

Fry n'est donc pas particulièrement inquiet concernant le niveau général de fiabilité. Il estime que lorsque les monoplaces 2014 sont en piste, les bonnes nouvelles sont déjà plus ou moins au rendez-vous. "Une fois que la voiture roule, pas mal de gens ont prouvé qu'ils étaient finalement fiables", assure-t-il.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités